Le REER ou le CELI?

 

Simplicité – Transparence – Performance

Pour vous bâtir un portefeuille d’actions performant et vivre la retraite dont vous rêvez 

Faites-en l’essai, ce sera votre meilleur investissement à vie!

Le compte libre d’impôt (CELI) et le régime enregistré d’épargne retraite (REER) sont les deux régimes dans lesquelles un canadien peut cotiser des sommes d’argent annuellement en prévision de sa retraite. Les deux régimes offrent des avantages et des inconvénients vis à vis de l’autre. Tentons de les démystifier à l’aide de tableaux et d’explications.

Caractéristiques

CELI

REER

À partir de quel âge puis-je cotiser au régime? À partir de l’âge de 18 ans. À n’importe quel âge. Dès que vous déclarez des revenus, vous obtenez des droits de cotisation.
Combien puis-je cotiser? 5 500$ par année à compter de 18 ans. Depuis  2014, ce montant est indexé chaque année et arrondi à la tranche de 500$ la plus près. Les cotisations que vous n’utilisez pas lors d’une année peuvent être utilisées les années suivantes. 18 % du revenu (sujet à un montant maximal de 25 370 $ en 2016), moins le facteur d’équivalence indiqué sur votre feuillet T4 de l’Agence du revenu du Canada. Les cotisations que vous n’utilisez pas lors d’une année peuvent être utilisées les années suivantes.
Qu’arrive-t-il si je dépasse involontairement le montant de cotisation maximal? Il est possible que vous deviez payer une pénalité de 1 % du montant en trop pour chaque mois où il est excédentaire.
Quels sont les placements admissibles? En général, vous pouvez déposer dans votre CELI des placements semblables à ceux permis pour les Régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER), soit notamment des certificats de placement garanti (CPG), des actions, des obligations, des fonds communs de placement, etc. Vous ne pouvez toutefois pas déposer des titres de fonds de travailleurs dans votre CELI.
Est-ce possible de cotiser au régime de mon conjoint? Indirectement.Vous pouvez donner une somme à votre conjoint pour qu’il contribue à son CELI. Oui, toutefois c’est vous et non votre conjoint qui profiterez de la réduction du revenu imposable.
Quelle est l’imposition des cotisations? Les sommes déposées s’accumulent à l’abri de l’impôt. Vous n’obtenez pas de   réduction d’impôt au moment de cotiser, mais les sommes que vous retirerez du CELI ne seront jamais imposables. Les sommes déposées s’accumulent à l’abri de l’impôt. Vos cotisations réduisent votre revenu imposable, mais s’ajouteront à votre revenu lorsque vous les retirerez.
Quelles sont les conséquences fiscales d’un retrait? Vous pouvez retirer les sommes quand vous le désirez. Il n’y a aucune conséquence, car aucun impôt à payer sur les sommes accumulées. Vous pouvez retirer les sommes quand vous le désirez. Toutefois, les sommes ainsi retirées seront imposées.
Si je retire des sommes du régime, est-il possible de les remettre plus tard? Oui,vous pouvez remettre les sommes dans votre CELI si vous le désirez, mais seulement à compter de l’année suivante. Non,vous ne pourrez pas remettre dans votre REER les sommes retirées, sauf si vous l’avez fait dans le cadre du Régime d’accession à la propriété (RAP) ou du Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).
Si je ne cotise pas le maximum permis, que se passe-t-il? Vos droits de cotisation sont reportés.Vous pourrez donc cotiser les montants plus   tard. Depuis 1991, si vous avez des droits de cotisation inutilisés, ils s’accumulent.   Vous pourrez donc cotiser les montants plus tard.
Où puis-je cotiser? Dans la plupart des institutions financières, par exemple les banques, les caisses, les sociétés de fiducie, les compagnies d’assurance vie ou les sociétés d’investissement. Informez-vous auprès de votre représentant.
Puis-je ouvrir plus d’un CELI | REER? Oui. Les montants maximums que vous pouvez cotiser s’appliquent alors au total des institutions. Ainsi, si vous avez un droit de cotisation de   5 000 $, vous pourrez cotiser 5 000 $ en tout, et non 5 000 $ par institution.
Puis-je emprunter pour cotiser au régime? Oui. Toutefois, les intérêts de votre emprunt ne sont pas déductibles d’impôt. Aussi, dans le cas du CELI, il n’y a pas de remboursement d’impôt pour vous aider à rembourser le prêt.
Quand le régime prend-il fin? À votre décès. Le 31 décembre de l’année où vous atteignez 71 ans. Vous pouvez alors   transférer les sommes dans un Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), acheter une rente ou retirer les sommes de votre REER.

CELI OU REER?

Le tableau ci-dessous illustre le rendement après impôt de 10 000 $ de revenu gagné par une personne qui investit soit dans un REER ou un CELI pour une période de 25 ans, en supposant un taux de rendement de 9%.

Cet exemple illustre le résultat de l’imposition au même taux, à un taux inférieur, et à un taux plus élevé pendant les années de retraite d’un individu par rapport à leurs années de travail.

Toutes choses étant égales par ailleurs, avec le même taux de rendement composé, la même marge de temps et un taux d’imposition constant avant et pendant la retraite, le montant en trésorerie après impôt dans le REER et le CELI est identique et aucune préférence devraient être donner à un sur l’autre.

Dans le cas où votre taux d’imposition sur le revenu de retraite sera faible, l’option REER serait préférable, tandis que si votre taux d’imposition sur le revenu de retraite sera plus élevé à la retraite que votre taux d’imposition actuel, le CELI l’emporte.

Taux d’imposition comparable à la retraite Taux d’imposition moins élevé à la retraite Taux d’imposition plus élevé à la retraite
CELI REER CELI REER CELI REER
Contribution avant impôt 10 000$ 10 000$ 10 000$ 10 000$ 10 000$ 10 000$
Taux d’imposition 40% 40% 40% 40% 20% 20%
Impôt retenu -4 000$ -4 000$ -4 000$ -4 000$ -2 000$ -2 000$
Retour d’impôt 0$ +4 000$ 0$ +4 000$ 0$ +2 000$
Contribution nette 6 000$ 10 000$ 6 000$ 10 000$ 8 000$ 10 000$
Croissance de 9% sur 25 ans 51 738$ 86 231$ 51 738$ 86 231$ 68 985$ 86 231$
Taux d’imposition au retrait 0% 40% 0% 20% 0% 40%
Impôt au retrait -0$ -34 493$ -0$ -17 246$ -0$ -34 493$
Retrait net à la retraite 51 738$ 51 738$ 51 738$ 68 985$ 68 985$ 51 738$

 

Dans un environnement où l’épargne se fait rare, le CELI et le REER sont souvent en compétition plutôt qu’en association.

Pour aider à choisir, voici 6 éléments à considérer.

1. La fiscalité

Il est prouvé que si le taux d’imposition est le même lors de la cotisation et du retrait, vous pouvez choisir indifféremment de cotiser au REER ou au CELI. Si vous pensez que votre taux d’imposition sera plus élevé lorsque les fonds seront retirés qu’au moment de la cotisation, le CELI s’avère être un meilleur choix. Si vous prévoyez être dans une fourchette d’imposition moins élevée à la retraite que durant les années où vous travailliez (hypothèse réaliste si vous ciblez d’avoir 70 % du revenu d’emploi ou pouvez fractionner les revenus de retraite avec le conjoint), alors le REER est préférable. Cela étant dit, le taux d’imposition à lui seul n’explique pas tout. Il faut aussi considérer les crédits et autres avantages fiscaux liés au seuil de revenu. Les prestations fiscales pour enfant, le crédit pour la TPS, la pension de sécurité de vieillesse peuvent aussi influencer ce choix. Ainsi, le CELI est une solution pour les personnes à faible revenu. Non seulement la déductibilité des sommes versées au REER est moins avantageuse pour elles, mais les revenus tirés d’un REER à la retraite réduisent le droit au supplément de revenu garanti. Le CELI est aussi intéressant pour les personnes aisées dont les retraits du REER, lorsqu’elles seront à la retraite, leur feront perdre la pension de sécurité de vieillesse. Puisque la conversion du REER en FERR (fonds enregistré d’épargne retraite) est obligatoire à l’âge de 71 ans, ce régime augmentera forcément le revenu imposable. Enfin, les jeunes en début de carrière, dont le taux d’imposition est bas devraient également privilégier le CELI. Avec les années, lorsque leurs revenus seront plus élevés, ils pourront peu à peu transférer ces sommes vers le REER, maximisant ainsi l’économie fiscale.

2. La flexibilité

Vous n’avez pas de sécurité d’emploi, avez peu d’argent devant vous ou avez des projets qui nécessiteront une mise de fonds, tel le lancement d’une entreprise? Alors, optez pour le CELI. Non seulement vous n’aurez pas d’impôt à payer sur les sommes que vous y puiserez, mais vous pourrez en plus cotiser ultérieurement le montant des retraits. Avec le REER, les retraits augmenteront votre facture fiscale, et les fonds retirés ne pourront jamais être remis dans le régime. De plus, les actifs détenus dans le CELI peuvent garantir un emprunt. Comme ils peuvent être retirés sans conséquences fiscales, ils peuvent facilement servir de caution.

3. Un prêt cotisation

Vous êtes à court d’argent et comptez emprunter pour cotiser ? Cette stratégie peut être utilisée avec les deux régimes. Dans les deux cas, les intérêts payés seront non déductibles. Par contre, n’ayant pas de remboursement d’impôt avec le CELI, vous ne pourrez pas utiliser cette somme pour payer le prêt.

4. La protection

Votre objectif premier est d’épargner pour la retraite? Le REER a l’avantage d’agir comme une barrière psychologique contre l’utilisation de l’épargne retraite puisque les retraits sont imposés. La flexibilité du CELI pourrait en effet vous pousser à appliquer les sommes cotisées à l’achat de biens de consommation (ex. : voiture, électroménagers), mettant ainsi en péril vos projets de retraite. En revanche, si vous craignez un divorce, plusieurs pensent que le CELI permet d’éviter le partage du fait qu’il existe un flou juridique au sujet de son statut au sein du patrimoine familial. Mais dans les faits, si, sentant que le couple vacille, vous vous mettiez soudainement à cotiser au CELI au lieu du REER, cela pourrait être soulevé par votre conjoint devant un tribunal. Et le juge pourrait croire que vous avez délibérément utilisé votre CELI pour éviter le partage et, par conséquent, vous forcer à scinder vos économies… Ce sont les créanciers qui vous font trembler? Eh bien, le REER est insaisissable en cas de faillite, exception faite des cotisations effectuées dans les 12 mois précédant la date de la faillite. Le CELI, lui, est saisissable, à moins d’avoir investi dans des produits offerts par les compagnies d’assurance, tels les fonds distincts.

5. Le fractionnement de revenu

Vous voulez mettre de l’argent au nom du conjoint ? Le CELI a l’avantage, contrairement au REER, de ne pas affecter votre limite de cotisation annuelle. Les deux régimes, CELI et REER, permettent d’éviter les règles d’attribution, qui vous obligent à déclarer les revenus de placement lorsque vous faites un prêt sans intérêt ou donnez une somme à un proche pour qu’il investisse. Par contre, ces règles s’appliqueront, si les sommes cotisées au REER du conjoint n’y demeurent pas au minimum pendant trois 31 décembre consécutifs.

6. Le patrimoine familial

Votre santé s’est détériorée au point que vous appréhendez le pire? Vous devriez cotiser au CELI, car les droits inutilisés sont perdus au décès,contrairement au REER qui permet à la succession de cotiser après le décès. De plus, les sommes dans le CELI ne sont pas imposables au décès, mais les revenus qu’elles génèreront le deviendront. Les montants versés au REER, eux, sont imposables, sauf s’ils ont été légués au conjoint. 

 

Comment ouvrir un compte CELI ou REER autogéré

Personnellement, j’utilise les services de «Disnat» via sa plateforme «Disnat classique» depuis plusieurs années. L’ouverture, la détention et la gestion quotidienne de mes comptes CELI ou REER autogérés y sont faciles, agréables et efficaces, donc au final,  j’en suis très satisfait.

Voici un bref aperçu des deux types de comptes autogérés disponibles au Canada pour l’investisseur autonome qui désire amasser un capital retraite.

REER (Régime enregistré d’épargne-retraite) Investissez dans des titres canadiens et internationaux à l’abri de l’impôt jusqu’à ce que vous retiriez vos fonds ou atteigniez l’âge de 71 ans. Un REER vous permet de choisir parmi de nombreux types de placements et de vous constituer un capital-retraite suffisant.                     En savoir plus    |    Ouvrir un compte maintenant

Principales caractéristiques :

  • les cotisations sont soustraites du revenu imposable;
  • les revenus de placement s’accumulent à l’abri de l’impôt jusqu’au moment du retrait;
  • des frais d’administration annuels peuvent être exigibles;
  • des taux d’intérêt concurrentiels et des intérêts versés mensuellement sur le solde créditeur en espèces;
  • vos cotisations peuvent se faire sous la forme d’espèces ou de titres;
  • le compte REER est disponible en devises canadiennes seulement; les taux de change s’appliquent aux transactions en dollars américains;
  • votre conjoint peut cotiser à votre REER (dans le cadre d’un REER de conjoint);
  • vous êtes admissible au programme de cotisations mensuelles automatiques (cotisation mensuelle minimale de 200 $);
  • vous pouvez convertir votre régime en FERR ou FRV;
  • l’Agence du revenu du Canada détermine la liste des placements admissibles.

Variations possibles

Contrat de rente à terme fixe : en désignant un bénéficiaire, vous pouvez protéger le contenu de votre REER contre les saisies; ce produit convient particulièrement aux travailleurs autonomes et aux propriétaires d’entreprises.

 

CELI (Compte d’épargne libre d’impôt) Le CELI est un nouveau véhicule d’épargne enregistré qui vous permet de générer un revenu de placement ou des gains en capital à l’abri de l’impôt. N’attendez pas! Ouvrez votre nouveau compte autogéré CELI dès maintenant!                                                                                           En savoir plus    |    Ouvrir un compte maintenant

Principales caractéristiques :

  • Admissibilité : toute personne âgée de 18 ans et plus;
  • Cotisation maximale annuelle:
    2009 – 2012 2013 2014 2015 2016
    5 000$ par année 5 500$ 5 500$ 10 000$ 5 500$
  • Droits de cotisation inutilisés reportés indéfiniment, d’année en année; 46 500$ pour 2016, si vous n’avez jamais cotisé à votre CELI et que vous aviez 18 ans avant le 31-12 2009;
  • Retraits de capital et revenus générés à l’intérieur du CELI non imposables;
  • Cotisations versées au compte, pertes en capital et intérêts sur les sommes empruntées pour y cotiser non déductibles du revenu imposable;
  • Types de placement admissibles similaires à ceux du REER (certaines restrictions s’appliquent).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *