La chronique Neuro-Trading: Créer le système dont vous avez besoin pour gagner

Bonjour, je me nomme Caroline Domanine, je suis coach pour investisseurs et auteur du blog Neuro-trading.fr. Je m’intéresse à l’investissement en bourse avant tout sous l’aspect psychologique. Une notion essentielle pour les investisseurs discrétionnaires, qui déterminera des manières d’investir différentes pour chacun.

À chaque mois, je rédigerai un article sur la psychologie de l’investissement pour le blog «investir-a-la-bourse.com».

Voici ma chronique Neuro-Trading pour ce mois-ci.

Créer le système dont vous avez besoin pour gagner

N’importe quel investisseur ne peut pas travailler avec n’importe quel système. Certains sont prédisposés à du suivi de tendance (momentum), d’autres à des approches de type valeur ou de type croissance et finalement, certains à des approches contrariennes.

Alors que certains investisseurs sont excellents en court terme, d’autres parviendront à faire des belles plus-values sur du long terme.

Et en fin de compte, ce n’est pas réellement vous qui choisissez votre type d’investissement, en tout cas, pas rationnellement et consciemment.

Ce sont les impératifs d’un mode opératoire qui vous choisissent. Lorsque vous investissez sur les marchés financiers, vous y allez avec tout ce que vous êtes : votre personnalité, vous réflexes, vos peurs et vos espoirs ; c’est bien l’homme (ou la femme ;) que vous êtes qui passe les ordres et pas celui à qui vous voudriez ressembler.

Il y a donc 2 étapes cruciales à ne pas rater pour devenir un investisseur profitable sur le long terme :

  • Vous connaitre, avoir compris vos réflexes et abandonner des illusions sur vous-même
  • En prendre acte et agir en conséquence

Vaste programme, j’en conviens. L’individu est pluriel et mouvant, et nous sommes en droit de nous poser la question : parvient-on jamais à nous connaitre réellement ? La réponse, plus philosophique que pratique dépend du degré de connaissance que l’on souhaite atteindre, évidemment.

Si Platon et Socrate en avaient fait le but ultime de leur existence, je n’ai pas la prétention d’y parvenir en un claquement de doigts. Et pourtant, nous pouvons parvenir à une connaissance de surface ou, autant que faire se peut, à prévoir que dans certaines situations précises et identifiées, nous avons une forte probabilité d’agir de telle ou telle manière. Si je prends un exemple trivial, je sais que si une personne m’insulte, je vais lui rendre la politesse, c’est un rapport de cause à conséquence systématique de mon fonctionnement personnel, je n’ai pas besoin de me connaitre en profondeur pour le savoir à l’avance.

Sur quels aspects votre identité personnelle joue-t-elle un rôle fondamental dans vos choix d’investissement?

  • Choix de type de marché :

En premier lieu, vos valeurs et vos croyances seront plus à l’aise, moralement, sur certains marchés. Si vous avez un problème de valeur vis-à-vis de certains marchés (matières premières, paires forex par exemple), cela viendra influencer vos décisions et vous devez soit éviter ces marchés, soit prendre en compte ces valeurs morales.

Ensuite, selon votre rapport au temps, à la sécurité ou à la violence ; vous serez naturellement plus à l’aise sur des marchés plus ou moins volatiles. Lorsque certains recherchent des marchés très volatils, d’autres s’épanouissent sur des marchés plus calmes.

  • Choix d’UT :

L’horizon de temps de votre analyse et de votre opération est lui aussi soumis à vos filtres personnels.

Dans le choix de l’UT, il y a évidemment des facteurs pratiques (disponibilité, capital, compétence) mais aussi des facteurs personnels et instinctifs.

Il n’y a pas de bonne réponse dans l’absolu, mais une adéquation entre l’individu et le lieu où il opère.

  • Choix de philosophie opératoire :

Les investisseurs dépendamment de leur style d’investissement ont des profils psychologiques très différents.

J’ai remarqué que souvent, le choix se fait de manière évidente et instinctive au fur et à mesure que la personne opère. Elle s’oriente naturellement vers une certaine approche.

Toutefois, pour certains cela prend du temps et ils perdent pas mal d’argent et de confiance avant de trouver leur profil. Notamment lorsqu’ils ont été fortement influencés à leur début et qu’ils luttent longtemps pour « coller » à une certaine approche alors qu’elle ne leur convient absolument pas.

Vous ne pouvez pas appliquer n’importe quel système, aussi bon soit-il. Vos réflexes doivent adhérer pleinement à une dynamique de fonctionnement.

  • Choix de politique et risque :

Lorsque vous avez choisi un marché, un horizon de temps et une stratégie d’investissement, vous devez délimiter vos objectifs et vos seuils maximaux de perte.

Il ne faut pas s’y tromper, ce n’est pas vous qui faites réellement ce choix, mais la configuration du marché. Il y a des zones de support et de résistance prévisibles qui seront tant de points cruciaux à prendre en compte. Vos ordres limites de sortie sont donc délimités par l’extérieur et non par vos souhaits ou par vos peurs.

Votre curseur en politique de risque, c’est votre exposition : c’est vous qui choisissez de la hauteur de votre engagement financier sur une position. Et selon des facteurs économiques (capital, autres positions en cours par exemple) et des facteurs personnels (combien suis-je prêt à perdre sur cet investissement) vous allez choisir la taille de votre position.

On pourrait croire de prime abord que l’investisseur est très libre dans ces choix, ce qui n’est vrai qu’en partie, car au fond, où est notre part de liberté lorsque nos choix sont à ce point dictés par notre identité et notre inconscient ?

Caroline

Si vous souhaitez nettement approfondir ce thème, je vous invite à lire « Trader avec succès grâce au Neuro-trading »   fraichement sorti dans les bacs.

Bâtissez un portefeuille gagnant pour 5 euros par mois

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *