Buffett: Faites ce que je fais, pas ce que je dis

Bâtissez-vous un portefeuille gagnant pour moins de 4 euros par mois

Voici un autre excellent article de Bernard Mooney du site lesaffaires.com que j’ai bien apprécié et que je partage avec vous.

Warren Buffett, l’investisseur, ne veut jamais payer d’impôts. Warren Buffett, le politicien, dis qu’il faut taxer davantage les «riches».

Vous savez que j’ai une grande admiration pour Warren Buffett, le président de Berkshire Hathaway (NY, BRK.B, 142$US), et investisseur exceptionnel, pour ne pas dire légendaire. Pourtant, il y a un aspect de lui que me met mal à l’aise. C’est lorsqu’il profite du micro qu’on lui tend pour parler politique.

Car voyez-vous, M. Buffett est d’allégeance démocrate (son père était républicain pur et dur). Il a même appuyé ouvertement Barrack Obama, ce qui en dit long sur son manque de jugement politique…

C’est ce penchant idéologique qui lui fait prendre des positions du genre, «il faut taxer plus les gens riches, comme moi», en donnant comme exemple le fait que sa secrétaire paie un taux d’impôt plus élevé que lui, le milliardaire!

De l’autre côté, vous avez le Warren Buffett investisseur et dirigeant de Berkshire qui est un génie pour maximiser sa rentabilité, ce qui implique de minimiser autant que possible les impôts et taxes. Et croyez-moi, M. Buffett connaît tous les tours.

Ce qui a attiré le regard de certaines personnes qui savent compter (elles sont si rares). Par exemple, il y a quelques semaines, l’hebdomadaire Barron’s a publié un commentaire virulent contre Warren Buffett et toutes ses manigances pour ne pas payer d’impôts alors qu’il prêche le contraire.

Par exemple, si vous regardez le portefeuille de Berkshire, vous y retrouvez de nombreux titres avec des gains en capital monstrueux, qu’il garde, entre autres, pour ne pas payer d’impôts. Aussi, si Berkshire ne paie pas de dividendes, c’est en partie parce que c’est en général fort peu efficace du côté des impôts (et en tant que principal actionnaire, il verserait des impôts élevés sur ses revenus de dividendes).

De plus, lorsque Berkshire achète une société ouverte comme Lubrizol ou Burlington Northern, deux entreprises qui versaient des dividendes significatifs, il y a une perte sèche pour le trésor américain car en tant que filiale de Berkshire, fini les dividendes!

Autre exemple, lorsqu’il a échangé ses actions de Procter & Gamble contre Duracell, il a sauvé envrion un milliard de dollars (G$) US en impôts.

Et, point crucial, tout ce que fait M. Buffett est strictement légal et, en tant qu’actionnaires de Berkshire, on doit se prosterner devant lui et non le condamner (précisons que Berkshire paie tout de même des milliards en taxes et impôts à chaque année).

Ce qui me fait dire qu’il faut imiter Warren Buffett en tant qu’investisseur. Ce génie du monde des affaires a compris que le vrai rendement est celui APRÈS les coûts et les impôts. La meilleure façon de faire croître son capital est de limiter ces deux cancers.

Par exemple, selon la firme américaine Lipper, les impôts gobent 15% du rendement brut du fonds d’actions américaines moyen et 38% du rendement du fonds obligataire. C’est une facture très élevée et fort coûteuse.

M. Buffett, avec ses actions de Berkshire, vaut plus de 70G$US et il n’a jamais payé un sou d’impôts sur cette fortune (ne payant pas de dividendes, il n’a pas versé un sou en impôts de ce côté non plus). En tant qu’actionnaire, vous pouvez vous aussi remettre à plus tard, presqu’à l’infini, la vente de vos titres qui s’apprécient à l’abri de l’impôt.

Ce n’est pas pour rien que Warren Buffett a répété plusieurs fois que l’impôt sur le gain en capital est d’abord et avant tout un impôt sur l’activité (bien souvent l’hyperactivité) boursière.

Vous avez donc tout avantage à suivre son exemple pour vous enrichir et à oublier ce qu’il prêche!

Par Bernard Mooney

*Cet article a été originalement publié sur lesaffaires.com

Que pensez-vous de l’attitude préconisée par Warren Buffett  en regard de l’impôt, en tant qu’investisseur?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

 

2 Commentaires
  1. 28 avril 2015
  2. 27 avril 2015

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *