Pour avoir du succès: il faut dire presque tout le temps «non»

Bâtissez-vous un portefeuille gagnant pour moins de 4 euros par mois!

mia31

Voici un excellent article de Patrick Thénière et Rémy Morel paru sur lesaffaires.com que je partage avec vous.

Avez-vous une vie professionnelle très chargée? Êtes-vous constamment en déplacement, allant d’un rendez-vous à l’autre, rendant vos activités professionnelles très variées? Entreprenez-vous régulièrement plusieurs projets la fois?

Deux personnages inspirants ont déjà effectué une déclaration à ce sujet. Il s’agit de Warren Buffett et Steve Jobs. Le premier a dit: «la différence entre une personne qui réussit et une personne qui réussit admirablement est que cette dernière dit ‘non’ à presque tout».

Quant à Steve Jobs, il s’exprima ainsi: «Lorsque vous faites quelque chose de façon intense sur une période de temps, vous devez abandonner les autres vies que vous pourriez vivre; vous devez vous concentrer sur un but unique si vous voulez accomplir quelque chose de significatif.»

Voilà deux déclarations intéressantes, puisque l’on peut tracer un parallèle avec la vie d’un investisseur cherchant à se surpasser. Un entrepreneur qui souhaite bâtir une entreprise ou accomplir un projet d’envergure devra souvent refuser de s’affairer à d’autres projets ou activités. Il se doit de dire «non» afin de rester concentré sur sa réalisation principale. Or, une telle attitude peut être mal perçue par les gens de son entourage.

À la Bourse, savoir dire «non» constitue selon nous une qualité essentielle et indiscutable. Au moins 99% des titres existants dans l’univers du placement ne devraient jamais faire partie de votre portefeuille. Par conséquent, lorsqu’un professionnel ou une personne au hasard propose un titre, vous aurez à dire «non» presque tout le temps.

Bourse, immobilier, commerce : choisir ses batailles

Vu d’un angle plus large, cette attitude s’applique dans le choix de nos véhicules d’investissement. Par exemple, un investisseur pourrait être tenté de diversifier ses placements en y incluant des immeubles à revenus. Peut-être aussi qu’il se laisserait tenter par une entreprise privée, pour laquelle il devra consacrer temps et efforts. En bout de ligne, il se retrouve à courir à gauche et à droite. Parfois, ses immeubles requerront son attention. Dans d’autres cas, il recentrera ses efforts sur ses titres boursiers, de peur de les négliger.

Personnellement, nous consacrons tellement de temps à la Bourse que nous avons du mal à imaginer comment nous pourrions entreprendre d’autres projets. Nous disposons tous de seulement 168 heures dans une semaine, et il nous faut faire des choix.

Peut-être vous vous demandez comment M. Buffett peut arriver à gérer l’empire Berkshire Hathaway, qui lui, s’avère bien diversifié! Nous devons souligner que son modèle d’affaires respecte en tout point son principe de la concentration des efforts. Les entreprises privées intégrées dans Berkshire Hathaway sont gérées par des gens compétents qui peuvent prendre toutes les décisions nécessaires. Ainsi, M. Buffett peut mettre ses énergies à lire les rapports mensuels qui lui sont envoyés. Il a donc réussi à mettre en place un modèle qui lui permet de suivre ses sociétés privées de la même façon que ses titres boursiers en portefeuille.

Comme il considère ses actions en Bourse comme étant des parts d’entreprise, les sociétés privées diffèrent seulement au niveau du pourcentage de détention (dans la majorité des cas, 100%). Pour lui, la seule différence entre la Bourse et une société privée, c’est le fait qu’une entreprise publique comporte un prix de vente ou d’achat qui varie quotidiennement. Comme ses efforts portent sur l’analyse fondamentale, il n’a pas à dévier de son activité principale. Il reçoit un rapport mensuel pour ses entreprises privées, et un rapport trimestriel pour ses sociétés publiques.

Pour ceux qui souhaitent se surpasser, assurez-vous que vos efforts et votre temps sont consacrés à votre objectif et à l’activité dans laquelle vous excellez.

Par Patrick Thénière et Rémy Morel

*Cet article a été originalement publié sur lesaffaires.com

Avez-vous appris à dire «non»?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *