Les 6 gaffes financières des Y

Bâtissez-vous un portefeuille gagnant pour moins de 4 euros par mois!

mia31

Voici un excellent article de Fabien Major du majorblog.net que je partage avec vous.

Les 6 gaffes financières des Y

Les adultes nés entre le début des années 1980 et le début des années 2000 se font souvent appeler les Y, et les motivations des jeunes de cette génération sont bien différentes de celle des X ou des baby-boomers.

En matière de finance, les Y sont certes très curieux et très allumés, mais répètent souvent les mêmes gaffes. Voici celles que j’observe le plus souvent.

Ils n’accordent peu ou pas d’importance à leurs avantages sociaux. Au travail, les assurances collectives de soins de santé complémentaires, voyages, médicaments et les régimes d’épargne sont plus négligés par les Y que les autres. Le patron donne 4 % dans le REER collectif SI l’employé fait de même: les «Y» qui laissent ce cadeau sur la table.

Ils laissent dormir leurs épargnes ou CELI dans des comptes à rendement microscopique. Les comptes de banques virtuelles comme «Tangerine» sont très populaires chez les Y, mais, il n’y a pas que ça dans la vie. Les rendements de ces comptes, bien qu’ils soient plus élevés que ceux de la caisse ou banque du coin, sont quand même rachitiques. Les Y négligent la diversification et sont très peu enclin à toucher aux actions. On dirait que les films comme «Wall Street» ont marqué leur imaginaire.

Ils se privent des conseils des professionnels. «Un comptable? Un avocat? Un notaire? Un agent immobilier? Un conseiller financier? Pffff pas besoin, je peux tout faire avec Google ou avec un programme GRATUIT en ligne!» En voulant sauver quelques dollars, ils perdent parfois des milliers de dollars. Il arrive un moment où dans la vie, le recours à des professionnels est inévitable.

Tout faire en ligne ou soi-même se transformera inévitablement en économie de bout de chandelle. Aucun individu ne peut absorber et composer avec toutes les nuances des lois et compétences requises du droit des affaires, municipales, des successions, de la fiscalité, des valeurs mobilières, etc.

Ils ont trop de cartes de crédit. Tous s’accordent pour dire que les Y vivent au moment présent et épargnent très peu. Pour soutenir leur niveau de vie, les cartes de crédit sont appelées à la rescousse. Certains ont plus de 5 cartes dans leur portefeuille.

Ils veulent une maison avant d’avoir fait de l’épargne. Le syndrome du voisin gonflable atteint aussi la génération Y. La bulle spéculative immobilière les a frappés de plein fouet. Cela a créé chez eux un besoin viscéral. Ils veulent un condo à tout prix. Même avant d’avoir terminé leurs études et parfois avant d’avoir ramassé une mise de fonds suffisante. Comme les règles d’admissibilité ont été resserrées, ils vont réclamer des prêts personnels auprès d’amis ou de membres de la famille.

Ils souscrivent à des assurances hypothécaires intégrées. En achetant de l’immobilier à la hâte, ils vont aussi se protéger en vitesse en acceptant les yeux fermés les assurances sorties du chapeau de l’employé de banque au moment des signatures. Une assurance dont le coût est souvent 50 % plus cher que celle offerte par le conseiller autonome en sécurité financière qui aura pris le temps d’analyser les besoins financiers et qui aura magasiné le meilleur tarif parmi une centaine d’assureurs.

Par Fabien Major

*Cet article a été originalement publié sur le majorblog.net

Êtes-vous d’accord avec les gaffes financières rapportées dans cet article au sujet de la génération Y?

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *