Consolidation de dettes, proposition de consommateur ou faillite?

Bâtissez-vous un portefeuille gagnant pour moins de 4 euros par mois!

mia31

Voici un article de François Joly paru sur lesaffaires.com que j’ai bien apprécié et que je partage avec vous.

Quand on est prisonnier de nos dettes, trois choix s’offrent à nous : la consolidation de dettes, la proposition de consommateur ou la faillite. Chacun de ces options a ses avantages et ses inconvénients, mais la meilleure reste celle qui nous permettra de rebondir rapidement…

La consolidation de dettes

Cette première solution est en soi assez simple : une personne contracte un prêt auprès d’une institution financière. Cet emprunt est utilisé pour rembourser toutes les autres dettes à l’exception de l’hypothèque. Prêt auto, solde de carte de crédit ou financement pour un meuble ou une piscine sont ainsi remplacés par un seul prêt et un seul versement mensuel. Il faut cependant que l’emprunteur ait encore une certaine marge de manœuvre. Si son taux d’endettement dépasse les 40 %, le nouveau prêt sera difficile à obtenir.

« L’avantage principal, c’est que le taux d’intérêt sera moins élevé que sur une carte de crédit », explique le président de la firme de syndics Jean Fortin et associés, Pierre Fortin. Le taux peut quand même atteindre près de 12 % et le prêt aura la plupart du temps une durée maximale de 5 ans.

La consolidation peut aussi être jointe à un prêt hypothécaire, ce qui donnera accès à des taux plus bas. « Rouvrir une hypothèque implique souvent des coûts de notaire ou d’évaluation », prévient cependant la planificatrice financière de la Banque royale du Canada Brigitte Felx. Il faut donc s’assurer que ces coûts ne viennent pas annuler les bénéfices de la consolidation. C’est également l’option qui aura le moins d’impact sur le dossier de crédit de l’emprunteur.

La proposition de consommateur

Une proposition de consommateur est un contrat rédigé par un syndic de faillite dans lequel l’emprunteur s’engage à rembourser une partie de ses dettes. Cette solution est avantageuse à plusieurs niveaux. Il n’y a pas d’intérêts à payer sur le montant de la dette. Les paiements mensuels sont significativement plus bas. « Il faut simplement que le montant que l’on propose de rembourser soit plus élevé que celui que le créancier aurait reçu en cas de faillite », explique Pierre Fortin.

Cette solution permet de conserver ses actifs. L’impact sur le dossier de crédit sera moins important, puisqu’une proposition de consommateur y demeure pendant trois ans, contre six à sept ans pour une première faillite.

La faillite

La faillite peut à première vue sembler la pire solution en cas de grave problème d’endettement. Elle peut pourtant avoir des avantages. « On s’en sort rapidement et on peut donc redémarrer son crédit plus vite en déclarant faillite », explique Pierre Fortin. Une faillite comporte tout de même quelques pièges. Si le salaire augmente durant la période de remboursement, le montant des versements mensuels sera lui aussi revu à la hausse. Il faut également accepter de se départir de la plupart de ses actifs.

Réduire le fardeau de ses dettes ne règle pas tout. Il faut que la solution s’accompagne d’un examen en profondeur de ses habitudes de consommation afin d’empêcher que le cycle de l’endettement ne reprenne de plus belle, conclut Brigitte Felx.

Par François Joly

*Cet article a été originalement publié sur lesaffaires.com

Avez-vous déjà eu recours à l’une de ces méthodes pour vous sortir de l’endettement?

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *