Rendement, frais et fiscalité

 

Illustration à l’aide d’un  exemple purement théorique.

  • Performance brute annualisée varie de 10 à 25%
  • Dividende: 0% ou 2% dans ce cas je déduis 2% de la performance brut
  • Capital initial : 1000€/$
  • Durée de l’investissement: 25 ans
  • Nombre annuel de transactions de 1 à 12
  • Frais minimum par transaction : 6€/$
  • Frais variable par transaction : 0.25%
  • Frais maximum par transaction : 50€/$
  • Précompte mobilier libératoire sur le dividende 25%

Bien évidemment dans chaque pays, la fiscalité ainsi que la structure des frais sont différentes.

Dans cet exemple, l’entièreté du portefeuille sera vendu et racheté lors de chaque transaction la périodicité envisagée est soit mensuelle, trimestrielle, semestrielle ou annuelle. Les frais sont comptés à l’achat comme à la vente. S’il y a lieu, le dividende annuel sera encaissé et taxé au milieu de l’année.

Les frais par transaction sont de 0,25% avec un minimum de 6€/$ et un maximum de 50€/$.

10% 15% 20% 25% 23% + 2% div
12    3 295    12 762    41 072    131 012
4.88% 10.72% 16.01% 21.52%
6    6 583    20 978    64 673    191 133
7.82% 12.94% 18.14% 23.37%
3    8 516    26 387    79 027    225 921
8.94% 13.98% 19.09% 24.19%
1    9 987    30 546    89 540    250 871    243 049
9.64% 14.65% 19.68% 24.71% 24.56%

Sur l’axe horizontal nous avons le rendement brut, sur l’axe vertical le nombre de transactions annuel et à l’intérieur du tableau le rendement net en valeur et le pourcentage annualisé.

Ce que nous constatons en premier lieu, la magie des intérêts composés « la force la plus puissante de l’univers » aurait dit Albert Einstein.

Au plus le nombre de transactions est élevé et au plus le rendement est bas au plus frais et fiscalité pèsent.

Il est donc intéressant de choisir un intermédiaire financier avec des frais modérés. La fiscalité on ne la choisit pas à moins de s’exiler.

Nous voyons aussi qu’il vaut mieux choisir des actions qui ne distribuent pas de dividende, car le frottement fiscal obère notre profit.

Si les frais et la fiscalité ont un impact non négligeable sur le rendement total de notre portefeuille, un choix judicieux des titres composant notre portefeuille l’est davantage.

Par Patrick Van Beesen. 

Tenez vous compte des frais et de la fiscalité dans vos choix de placement?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

2 Commentaires
  1. 24 juillet 2015
  2. 24 juillet 2015

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *