La mythique fin annoncée du «Buy and Hold»

Au gré de nos lectures et de nos discussions, on lit et on entend différentes théories, dont la majorité sont des mythes, loin de la réalité de l’investissement à long terme.

L’un de ces mythes farfelu veut que le temps où la stratégie du «Buy and Hold» fonctionnait soit révolu. Entre 1961 et 2011, le S&P 500 a vu son cours multiplié par 100. Si vous aviez investi 10 000$ dans l’indice S&P 500 en 1961, vous auriez été détenteur de plus de 1 millions de dollars en 2011. Cela représente un rendement annualisé d’environ 10% (dividende inclus).

La seule raison pour laquelle le S&P 500 a progressé de 10% par année, est que les entreprises sous-jacentes ont augmenté leurs bénéfices de 7% par année et ont distribué un dividende de 3% en moyenne à leurs actionnaires sur la période. C’est tout! Ne cherchez pas d’autres explications.

La stratégie du «Buy and Hold» fonctionne parce que lorsque vous êtes actionnaire d’une entreprise qui augmente sa valeur intrinsèque à un certain taux, le cours du titre, à la longue, progressera au même taux. Sur de courtes périodes, le cours d’un titre peut réagir de façon irrationnelle car les investisseurs qui fixent les cours sont des êtres souvent dépourvu de rationalité, par contre, sur la durée, le cours du titre et la croissance intrinsèque de l’entreprise montrent une corrélation évidente.

Si on examine la période entre 1999 et 2010, une période difficile pour les actions en général, on remarque que le bénéfice par action regroupé des entreprises composant l’indice Dow Jones a connu une croissance annualisée de 6.9%, très proche de la moyenne historique à long terme de 7% pour les actions.

Pourtant le cours du Dow Jones, sur la même période, a évolué de 10 500 à 11 983, pour un maigre 1.2% de rendement annualisé (sans compter le dividende). Pourquoi?

Simplement, parce que le ratio cours bénéfice de l’indice Dow Jones, qui était de 23 fois en 1999 a reculé à 13 fois en 2010. Le ratio cours bénéfice historique moyen pour le Dow Jones est d’environ 16 fois. Or, à 23 fois les profits en 1999, il est clair que la valorisation de l’indice intégrait déjà les perspectives de croissance pour quelques années à venir, de là, la sous performance de l’indice sur la période comparativement à sa croissance intrinsèque.

Pour l’investisseur qui entrait sur le marché à la fin 2000, avec un horizon de placement à long terme et un ratio cours bénéfice de 13 pour le Dow Jones, il est clair que les probabilités que l’indice progresse plus que son taux de croissance intrinsèque moyen de 7% étaient très fortes, car le marché était sous évalué.

Comme la valorisation d’un indice boursier reflète de façon générale la valorisation des entreprises qui le composent, le marché boursier américain offrait en 2010, plusieurs opportunités d’acquisitions intéressantes pour un investisseur avisé et dont le focus était mis sur le long terme.

Pour conclure, sachez qu’investir en bourse en utilisant la stratégie du «Buy and Hold», fonctionne toujours à merveille, pourvu que vous devenez actionnaire d’une société à un cours raisonnable, un cours qui vous permet d’envisager un rendement intéressant sur le long terme.

Par Martin Raymond

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *