Analyse d’entreprise : L’endettement (partie 3)

 

Simplicité – Transparence – Performance

Pour vous bâtir un portefeuille d’actions performant et vivre la retraite dont vous rêvez 

Faites-en l’essai, ce sera votre meilleur investissement à vie!

Les activités d’une société ne sont pas seulement financées par les fonds propres, mais également par le passif, la dette.

L’entreprise en empruntant de l’argent plutôt que d’augmenter le nombre de ses actions, pour financer sa croissance, impacte ses ratios de rentabilité qui mesurent le rendement des actionnaires, c’est ce que l’on appelle l’effet de levier.

Les propriétaires de la dette, les banques, les investisseurs obligataires, ne participent pas au partage des bénéfices comme l’actionnaire, mais ils sont remboursés en principal et intérêts selon un schéma prédéterminé et quelques soit la situation économique de l’entreprise.

Les intérêts sont déductibles des impôts, ce qui constitue un avantage fiscal par rapport au financement par les fonds propres

La dette peut avoir des conséquences importantes pour la rentabilité de l’entreprise en période de crise.

La détresse financière se produit lorsque les flux de trésorerie opérationnels de l’entreprise sont insuffisants pour répondre au service de la dette.

Plus de dettes impliquent un risque plus élevé de détresse financière et peut provoquer un conflit d’intérêts entre les investisseurs de l’entreprise actionnaires et prêteurs.

Alors que les actionnaires sont disposés à ce que l’entreprise prend des risques, leur responsabilité est limitée à leur apport, ils peuvent profiter des avantages de la prise de risque, la prime de risque, mais ils sont peu protégés contre la prise de risque excessive.

Les prêteurs eux veulent que l’entreprise évite les projets risqués. Projets risqués qui pourraient potentiellement conduire à des flux de trésorerie insuffisants pour rembourser la dette. Ils ne reçoivent pas les avantages de la hausse de la prise de risque, mais sont exposés significativement à la baisse de ce risque.

Le niveau de l’effet de levier nous permet de savoir si la performance de l’entreprise est due aux fonds propres ou aux passifs

L’utilisation de l’endettement est mesurée par le ratio d’endettement :

  • Dettes nettes / capitaux propres. Soit 7502 / 7707 = 0.97 pour Casino

Le ratio d’endettement est le plus souvent utilisé en rapport avec les fonds propres, mais il peut également être calculé avec la valeur de marché.

  • Dette nette / Capitalisation boursière. Soit 7502 / 8297.8  = 0.90 pour Casino

Les ratios calculés proportionnellement à la valeur de marché peuvent varier significativement par rapport à la valeur comptable.

Il peut également être calculé proportionnellement aux actifs :

  • Dette nette / total de l’actif. Soit 7502 / 45280 = 0.17 pour Casino

Les ratios qui prennent en compte des éléments du compte de résultat donnent une meilleure idée du risque financier et de la capacité de l’entreprise à assurer le service de sa dette. À dette égale une entreprise ayant une marge opérationnelle élevée pourra supporter un niveau d’endettement bien plus important qu’une entreprise avec une faible marge opérationnelle.

Ratio de couverture des intérêts :

  • EBIT / dépense d’intérêts, soit 1662 / 928 = 1.79 pour Casino

Un ratio inférieur à 1 signale une situation financière difficile.

Le ratio dette / EBITDA est très souvent utilisé par les institutions financières, les covenants bancaires prévoient souvent que ce ratio ne peut pas dépasser un certain niveau.

  • Dette /EBITDA,  soit 7502 / 2622 = 2.86 pour Casino

Dans la plupart des secteurs un ratio inférieur à 3 – 3.5 est considéré comme bon, au-delà le risque financier devient important.

Ces ratios mesurent l’effet de levier ainsi que le risque qu’une entreprise soit en détresse financière.

Casino CO Carrefour CA
2013 2014 2013 2014
Dette sur fond propres 0.89 0.97 1.14 1.12
Dette sur cap. Boursière  0.78 0.90 0.47 0.59
Dette sur Actif total 0.17 0.17 0.21 0.23
Ebit / Intérêts 2.18 1.79 5.16 5.01
Dette /Ebitda 2.31 2.86 2.46 2.74

Nous voyons que d’une année à l’autre la situation financière de nos 2 entreprises Casino et Carrefour est bonne. La différence entre le ratio sur fond propre et sur la valeur boursière est peu marquée pour Casino et varie plus que du simple au double pour carrefour ce qui dénote une surévaluation boursière de Carrefour et une sous-évaluation pour Casino. Le ratio dette /EBITDA est pratiquement le même pour les 2 entreprises alors que le ratio EBIT / Intérêts est plus de 2 fois plus élevé pour carrefour, ce qui nous indique que les amortissements et dépréciations sont bien plus élevés chez Carrefour que pour Casino.

Plutôt que le niveau de la dette, c’est la capacité de l’entreprise à assurer le service de sa dette qui importe.

Par Patrick Van Beesen

Articles dans cette série:

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *