Bourse : pourquoi la Chine entraîne-t-elle les bourses mondiales dans une chute vertigineuse?

Romaric

Cet article vous est proposé par Romaric CHRIST qui est l’auteur du blog http://www.sortir-du-rsa.fr

En juin 2015, la Chine a enregistré l’une des chutes économiques les plus vertigineuses de son histoire. Cette chute, tel un effet domino, a entraîné une baisse de l’indice boursier des économies européennes. Face à une telle situation, il se pose des questions relatives à la cause, les conséquences d’une telle baisse.

Une chute générale des bourses européennes

Au début du mois de janvier 2016, les indices de Shanghaï ont perdu 9,9 % sur fond d’inquiétude, entretenant ainsi la baisse des indices mondiaux. En effet, le monde financier réalise aujourd’hui que les signaux de détresse émis par la bourse chinoise en septembre 2015 témoignaient d’une situation bien plus sérieuse que l’on aurait pensé.

Quelque temps après le constat de cette chute boursière, les indices mondiaux s’écroulent. Ainsi, les chiffres au 28 janvier 2016 montrent que, la bourse japonaise a clôturé à -2,35 %, la bourse de Moscou a fermé à -1,55 % alors qu’à Paris, l’indice du CAC 40 clôturait en baisse à -0,75 %. Il en ressort que les principales places boursières mondiales sont affectées par la situation boursière en Chine. Cette situation fait écho d’un problème qui remonte en 2015, car les bourses européennes connaissaient des baisses vertigineuses déjà en cette période.

La cause de la chute des bourses mondiales

Estimée à plus de 30 %, la chute de la bourse de Chine depuis juin 2015 jusqu’aujourd’hui constitue la plus grande préoccupation de l’heure dans le monde financier, d’autant plus que cette baisse correspond à une baisse également des indices boursiers de par le monde.

Cette situation part de l’arrimage de la monnaie chinoise au dollar américain. Étant donné que la Réserve Fédérale a augmenté le taux et par là la valeur de la monnaie, la Chine dans la même lancée a dû suivre le mouvement, ralentissant ainsi les investissements et par là, la croissance du pays. La réduction des investissements a affecté ensuite les économies partenaires de la Chine notamment dans le secteur pétrolier où la baisse du cours du pétrole n’a fait qu’empirer la situation.

Par ailleurs, basée essentiellement sur des investissements de particuliers, la bourse chinoise n’a pas su garantir une stabilité économique, en dépit des dispositions de l’État chinois pour la soutenir. En effet, la bourse chinoise repose à 90 % sur de petits investisseurs, par conséquent sensibles aux moindres variations du marché. Cette instabilité de la bourse affecte les autres pays notamment le Brésil qui fait partie des principaux fournisseurs de matières premières à la Chine. Les importations chinoises vont forcément être revues à la baisse. Par ailleurs, le frein des investissements s’observe le plus dans l’industrie manufacturière. Par conséquent, face à la réduction de la production, les exportations seront réduites, au grand dam des nombreux pays qui en dépendent. En d’autres termes, la Chine par la baisse de ses importations et ses exportations a entrainé la chute des bourses européennes.

Les conséquences de la crise boursière chinoise

La première conséquence est l’affaiblissement des économies des pays orientés vers la Chine pour les importations ou les exportations. Une partie des débouchés des pays européens est indisponible, avec effet sur les exports. Par ailleurs, la dévaluation du yuan a considérablement ralenti les importations de produits européens par la Chine, sans oublier les conséquences liées au changement du taux de change. Les produits européens donc, plus chers, sont moins demandés. En effet, la France exporte annuellement pour environ 16 milliards d’euros à la Chine.

Une baisse de la consommation chinoise constitue une baisse des recettes pour la France. Il convient de rappeler que les secteurs automobile et cosmétique français sont fortement représentés en Chine. Il est possible qu’en cas d’une crise accrue, la Chine inonde les marchés étrangers en produits de fabrication chinoise. Ceci s’explique par le fait que, désireuse de récupérer de leur investissement, les entreprises chinoises produiront en grande quantité pour en vendre assez et favoriser la rentrée de devises. Par contre, elle importera moins en termes de devise à ses principaux partenaires.

Cependant, il existe également des conséquences positives liées à la crise boursière de la Chine. En effet, dans la situation qu’elle traverse, la Chine consomme moins de pétrole. Du coup, les pays consommateurs comme la France se retrouvent en position favorable compte tenu du fait que les prix du baril vont baisser. La Chine, l’une des principales puissances mondiales, ne peut plus acheter les matières premières à leurs prix actuels. Pour pouvoir en vendre, les fournisseurs de matières premières doivent baisser les prix, ceci au bénéfice des autres importateurs également. Par ailleurs, la baisse de l’indice traduit la baisse des valeurs des actions. Il sera donc possible d’en acheter assez afin d’en profiter une fois la situation rétablie qui engendra la hausse de la valeur des actions.

Par Romaric CHRIST

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *