L’effet de levier pour investir en bourse: le bon et l’affreux

Avoir recours à l’effet de levier signifie simplement emprunter de l’argent pour investir en bourse. Les rendements phénoménaux qu’offre la bourse sur certaines périodes incitent de nombreux investisseurs à suivre cette proposition risquée

Les opérations arithmétiques à la base du levier sont simples et convaincantes. Supposons que vous avez placé 10 000$ dans un titre boursier et que le cours du titre monte de 15% en un an. Votre placement initial de 10 000$ vous a donc rapporté 1 500$.

C’est bien, mais vous auriez pu avoir beaucoup plus. Si vous aviez emprunté un montant de 10 000$ (l’équivalent d’un ratio de levier de 100%) et investi 20 000$ (10 000$ +10 000$) dans le même titre boursier, votre placement vous aurait rapporté beaucoup plus à la fin de l’année. Avec un rendement de 15%, les 20 000$ vous auraient donné 23 000$.

Évidemment, de ce montant de 23 000$, il faut soustraire le prêt original de 10 000$ et les intérêts que vous auriez payé, disons 500$ (5% sur 10 000$). Il vous resterait 12 500$. Génial! Avec 10 000$, vous auriez maintenant 12 500$, soit 1 000$ de plus que si vous n’aviez pas emprunté. C’est l’équivalent d’un rendement de 25%. Autrement dit, vous auriez augmenté le rendement du titre de 15% à 25%. C’est le bon côté de l’effet de levier.

Étant donné la puissance potentielle de levier, il n’est pas étonnant que les gens se bousculent pour réhypothéquer leur maison, leur chalet et leur bateau afin d’investir le produit dans le marché boursier.

Tant que les paiements d’intérêt (après impôts) sont inférieurs à vos revenus, vous êtes gagnant. En fait, si vous empruntez 20 000$ pour chaque tranche de 10 000$ que vous possédez, un facteur d’accroissement de 200%, chaque placement original de 10 000$ vous rapporte 35%. Alors qu’est-ce qui ne va pas?

Eh bien, ces opérations arithmétiques peuvent jouer sur deux plans. Si les marchés boursiers montent de 15% une année tout est merveilleux. Mais si les marchés baissent tout à coup de 25% en une année (ou pire en un trimestre), vous ne perdrez pas seulement 25% sur le placement original de 10 000$, vous perdrez aussi 25% sur l’argent emprunté. Et quand viendra le temps de rembourser le prêt, les problèmes commenceront à s’accumuler.

Par exemple, si vous empruntez 10 000$ pour des éléments d’actif totaux de 20 000$, alors une diminution de 25% grugera 5 000% à votre capital, ce qui vous laissera un maigre 15 000$ à la fin de l’année. Pour empirer les choses, vous aurez en plus à rembourser le prêt de 10 000$ plus les intérêts de 500$ (5% de 10 000$, par exemple).

Par conséquent, à la fin de l’année, votre avoir – votre actif moins votre passif – sera d’à peine 4 500$. Votre placement initial de 10 000$ aura perdu 55% de sa valeur, même si le marché (le ou les titres) n’a baissé que de 25%. Voilà le côté affreux de l‘effet de levier.

Alors, devriez-vous avoir recours à l’effet de levier pour investir en bourse?

Personnellement, je pense que le risque n’en vaut pas la chandelle.

Si vous sélectionnez des entreprises remarquables pour votre portefeuille d’actions et que vous en restez actionnaire à long terme, les rendements qu’elles vous procureront, seront amplement suffisant pour vous enrichir adéquatement sans avoir recours à l’effet de levier.

Par Martin Raymond

Avez-vous déjà fait usage de l’effet de levier pour investir en bourse?

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *