L’incidence de la non-distribution des bénéfices pour l’actionnaire

 

Deux cas où l’actionnaire est désavantagé inutilement par la non-distribution des bénéfices?

Cas no 1:

Les dirigeants amassent de l’encaisse et des actifs liquides bien au-delà des réels besoins immédiats et à venir de la société.

Les dirigeants, souvent, n’agissent pas de la sorte pour mal faire. Beaucoup d’entre eux, par sentiment de confiance et de sécurité, préfèrent empiler les liquidités au-delà des sommes nécessaires à la bonne marche de l’entreprise.

Cependant en agissant de la sorte, ils répondent à leurs besoins personnels de sécurité mais, ils oublient leur rôle premier qui est de voir à l’enrichissement optimum de leurs actionnaires.

Cas no 2:

Les dirigeants génèrent une rentabilité médiocre des capitaux investis dans les opérations courantes de l’entreprise, mais s’entêtent à réinvestir pour développer de nouvelles opérations tout aussi inefficaces.

Les dirigeants entêtés et irrationnels sont malheureusement nombreux dans le monde des affaires. De tels dirigeants, même s’il est clair qu’il prennent de mauvaises décisions de gestion opérationnelle, trouveront le moyen de justifier un meilleur salaire sous prétexte que leur tâche de travail est de plus en plus lourde et que l’entreprise est de plus en plus grosse. Au bout de la ligne, l’actionnaire, lui, malheureusement, va s’appauvrir, victime de la mauvaise gestion des capitaux excédentaires de la société.

Un cas où l’actionnaire devrait être plus clairvoyant dans la non-distribution des bénéfices.

Cas no 1:

La bonne marche de l’entreprise demande des investissements qui ne contribueront pas à la croissance de celle-ci, mais permettront d’éviter une baisse du chiffre d’affaires.

Un exemple parfait serait celui d’un magasin à rayon installant un système de climatisation. Une fois que tous les magasins concurrents sur un même territoire auront installé un système de climatisation, l’augmentation de croissance pour le magasin visé sera nulle mais le fait de ne pas avoir installé de système de climatisation aurait eu de fortes chances de faire plonger les ventes du magasins pendant les journées chaudes d’été.

Ici, l’actionnaire peut avoir l’impression d’avoir été berné car le système fiscal ne fait pas la différence entre les investissements non-créateur de croissance inutiles à la bonne marche d’une entreprise et ceux nécessaires au maintient de sa position concurrentielle.

Comment l’actionnaire doit-il évaluer le travail des dirigeants en matière de non-distribution des bénéfices?

Pour les cas appartenant à la première catégorie de l’article, c’est-à dire les dirigeants qui manque de confiance en eux-mêmes, qui souffrent d’insécurité, qui sont entêtés ou irrationnels, l’actionnaire doit faire preuve d’une impatience totale, voire une intolérance expéditive.

Les dirigeants de ce type n’enrichiront jamais leur actionnariat. Les capitaux excédentaires seront malheureusement engloutis dans des projets inefficaces et coûteux pour l’actionnaire. Si vous découvrez une entreprise gérée par ce genre de dirigeants, n’en devenez pas actionnaire, passez tout droit. Ainsi, vous économiserez beaucoup de temps et d’argent.

Pour les cas appartenant à la seconde catégorie de l’article, c’est-à-dire, les dirigeants qui investissent des capitaux dans des actifs non créateur de croissance pour l’entreprise mais tout de même nécessaire au maintient de sa position concurrentielle, je vous suggérerais d’être plus clairvoyant et de prendre le temps d’évaluer rationnellement les agissements des dirigeants, souvent les décisions entrant dans cette catégorie ne porteront leurs fruits qu’à long terme ou encore sur une base plus abstraite. Cependant, une nécessité demeure, le maintient de la position concurrentielle à court, moyen ou long terme doit être la motivation derrière les décisions entrant dans cette catégorie.

Par Martin Raymond

En tant qu’actionnaire, quel importance attachez-vous à la non-distribution irrationnelle des bénéfices?

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *