3 principes de base pour l’investisseur intelligent

 

1-Réfléchir à son processus d’investissement:

Tous les investisseurs autonomes ont leur façon propre de procéder pour investir. Quelques uns ont une méthode implicite, développée au travers de leurs expériences vécues au fil du temps et à laquelle ils ne s’arrêtent pas de manière rationnelle. Si c’est votre cas, je vous conseille de prendre un moment pour y réfléchir et poser sur papier votre méthode d’investissement.

Le grand avantage de mettre sur papier son Modus operandi est qu’une fois écrit, il devient un document de référence que vous pouvez consulter, modifier et même améliorer.

Tous les aspects touchant au MO devraient y être décrits, en commençant par:

-les moyens envisagés pour dénicher de nouvelles idées de placement;

-les moyens envisagés pour étudier, analyser et évaluer chaque titre intéressant;

-les grands principes de gestion de votre portefeuille d’actions

-votre stratégie à la base de vos décisions en ce qui a trait à la vente de vos titres

-etc.

2-Devenir un meilleur chasseur de titres:

La génération régulière de nouvelles idées de placement est primordial pour l’investisseur autonome. À long terme, c’est la source fournissant les nouveaux titres à intégrer à votre portefeuille.

Nombreux sont les investisseurs autonomes qui ignorent comment générer de nouvelles idées d’investissement. Si c’est votre cas, vous  pouvez vous inspirer des deux suggestions suivantes.

La première et la plus évidente, la lecture des publications financières telles que: les journaux quotidiens, les publications spécialisées et les magazines de finance. Via ces lectures, vous vous tiendrez au courant de ce qui se passe dans le monde des affaires et vous serez en mesure d’identifier quelques titres qui pourraient s’avérer d’excellentes occasions d’investissement.

Une autre méthode productive pour dénicher des valeurs intéressantes c’est la consultation systématique des achats récents d’investisseurs parmi les meilleurs au monde et partageant votre philosophie de placement. Si vous êtes un investisseur autonome débutant et que vous vous demandez qui pourraient être vos mentors, je vous répondrai qu’au fil du temps et de vos lectures, vous identifierez des investisseurs de talent qui deviendront, pour vous, des guides.

3-Apprendre à gérer les risques:

Gardez toujours à l’esprit que vous ne faites pas que gérer de l’argent. Votre tâche d’investisseur boursier comprend également une part de gestion du risque. En fait, la première mission d’un investisseur autonome responsable est d’évaluer le niveau de risque relié à chacune de ses décisions d’investissement. Rechercher les meilleurs rendements en prenant soin de minimiser les risques est la devise de l’investisseur intelligent.

Voici les différents types de risques à analyser pour l’investisseur autonome:

-le risque de l’entreprise

Qu’elle est sa dynamique compétitive? Est-ce que la société jouit d’avantages compétitifs durables et solides?

-le risque économique

Quel est le degré de dépendance de la société par rapport à la croissance économique de son pays et du monde entier?

Ici, on parle du principe de «cyclicité», c’est-à-dire, du besoin ou non, pour une entreprise, d’une forte croissance économique pour prospérer.

-le risque financier

Ici, l’important demeure de garder à l’esprit que plus une société est endettée, plus son risque financier est élevé. Personnellement, c’est le genre de risque que je refuse de prendre,  en privilégiant les entreprises avec très peu ou pas du tout de dettes.

-le risque d’évaluation

Ici, il faut vous posez la question suivante: Est-ce que le titre est surévalué à son cours actuel? Si oui, quel est le risque à la baisse s’il perd cette surévaluation? Êtes-vous capable de vivre avec cette perte potentielle? Si votre réponse est oui, conserver vos actions. Dans la négative, vendez sans attendre.

-le risque d’ignorance

Jusqu’à quel point comprenez-vous bien l’entreprise de laquelle vous êtes actionnaire? Prendre le temps nécessaire pour en apprendre toujours davantage sur nos entreprises en portefeuille réduit considérablement le niveau de risque relié à l’ignorance.

Par Martin Raymond

Que pensez-vous de ces 3 principes qui ont pour but d’aider l’investisseur autonome à améliorer et à approfondir sa façon d’investir?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *