6 erreurs classiques à éviter en Bourse

 

Sovanna

Cet article vous est proposé par Sovanna SEK qui est l’auteur du blog investir-en-actions.com

L’investissement en Bourse par l’intermédiaire du marché actions n’est pas si complexe qu’il ne paraît si vous mettez de la bonne volonté et consacrez une petite partie de votre temps libre. Que vous soyez un investisseur novice ou confirmé, un apprentissage des basiques est nécessaire avant de faire concrètement vos premiers pas. A ce titre, je ne suis pas forcément le meilleur exemple. D’un autre coté, mes expériences malheureuses peuvent vous préserver des erreurs coûteuses tant sur le plan financier et psychologique. Pour cela, voici 6 erreurs habituelles à ne pas réaliser (facile à dire mais difficile à appliquer si vous ne gardez pas votre sang froid).

 

Ecoutez pour argent comptant les conseils personnalisés des experts boursiers et des gérants

 

Les investisseurs particuliers cherchent souvent des raccourcis pour réussir en Bourse en se reposant essentiellement sur les avis des experts boursiers et des gérants de sociétés de gestion dans les médias. A terme, cela risque d’être préjudiciable pour votre portefeuille car leur but principal est de mettre en valeur leurs produits financiers et ils répondent par rapport à leur propre clientèle.

 

Si vous entêtez dans cette voie, cela signifie que vous êtes un investisseur moutonnier et naïf qui n’a rien compris aux mécanismes de l’investissement en Bourse.

 

Attachez trop d’importance aux fluctuations boursières si vous avez le profil d’un investisseur de long terme

 

Faire une fixation sur les fluctuations boursières est une manœuvre pour faire perdre votre sang froid et amènera à prendre des mauvaises décisions de façon irrationnelle. De ce fait, vous vous éloignez de votre devoir d’investisseur de long terme.

 

Plutôt de suivre en permanence les cours de Bourse, vous devriez vous intéresser aux fondamentaux intrinsèques de long terme de l’entreprise : environnement sectoriel, management, profitabilité, rentabilité et solidité financière. Ayez à l’esprit que M. le Marché reconnaîtra tôt ou tard la réelle valeur de l’entreprise sur son cours de Bourse grâce à ses perspectives bénéficiaires.

 

Succombez aux effets de mode

 

L’éclatement de la bulle internet et du pétrole du schiste sont des preuves que les effets de mode connaissent une issue désagréable. Si vous avez été convaincu par les conseils du consensus mainstream et eu le malheur d’investir sur ses secteurs en haut de cycle à cette époque, vous avez pu constater les dégâts. Sans vouloir donner la leçon, je me suis fait avoir sur le secteur aurifère au début des années 2010 pour des raisons invoquées dans cet article.

 

Pour vous prémunir de cette erreur coûteuse en Bourse, vous devez développer votre indépendance d’esprit pour construire votre philosophie et stratégie d’investissement puis votre propre opinion. Enfin, ne prenez jamais de décisions intrépides qui partent dans le sens contraire de ce que vous avez bâti.

 

Croire que la macroéconomie soit le moteur du business de l’entreprise

 

Se référer à la macroéconomie pour investir en Bourse est la pire connerie que font les particuliers. De plus, les médias financiers raisonnent involontairement de cette façon en vous induisant à l’erreur. Pour être clair, c’est plutôt une distraction à court terme et une perte de temps.

 

En fin de compte, la macroéconomie ne donne jamais d’indications précises sur les fondamentaux intrinsèques des entreprises. L’investisseur doit revenir aux bases.

 

Diversifiez excessivement votre portefeuille boursier

 

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier est un célèbre proverbe boursier qui a du sens dans l’univers de la Bourse. Néanmoins, il ne faut pas aller à l’overdose de la diversification. Tout d’abord, vous aurez du mal à gérer le suivi de votre portefeuille par manque de temps à moins que vous soyez organisé. Deuxièmement, un portefeuille avec de nombreuses valeurs qui sont dispersées à droite et à gauche peut déséquilibrer la performance et sera plus sensible aux aléas de marché.

 

Le dividende n’est pas une fin en soi et peut être remis en cause

 

Dans des marchés financiers difficiles comme c’est le cas actuellement, le dividende peut servir de ceinture de sécurité. Cela peut être un des critères importants dans vos choix de valeurs mais en faire une priorité absolue est un jeu à quitte ou double.

 

Pour s’assurer de la pérennité du dividende d’une entreprise sur le long terme, vous devez vérifier sa solvabilité financière, l’évolution de sa trésorerie et des bénéfices sur plusieurs années et analyser ses futurs relais de croissance. Au niveau qualitatif, vérifiez si ses produits ou services possèdent un avantage compétitif durable par rapport à la concurrence.

 

Sur la cote parisienne, il existe quelques entreprises ayant coupé drastiquement leur dividende à l’image de Solocal (appelé auparavant Pages Jaunes) et Vivendi. La première n’a pas su anticiper le virage de l’Internet sachant que ses annuaires papier allaient tomber tôt ou tard aux oubliettes. La seconde a des activités qui sont hautement concurrentielles.

Par Sovanna SEK

Un commentaire
  1. 14 mars 2016

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *