Comment devenir un millionnaire automatique (partie 2)

 

Simplicité – Transparence – Performance

Faites l’essai de notre performant service dédié à l’investisseur en compte propre

Cet exemple est intégralement tiré du livre: Le Millionnaire Automatique de David Bach.

Le millionnaire automatique

Le millionnaire automatique

Dans la 1ère partie de l’article, nous avons pu connaître la règle no 1 des McIntyre, c’est-à-dire: ne pas s’endetter inutilement.

Maintenant, poursuivons l’article avec les prochains concepts propres aux McIntyre. Donc, revenons à notre rencontre entre David Bach, conseiller financier et Jim et Sue McIntyre.

L’HÉRITAGE D’UN BON JUGEMENT, CELUI DES MILLIONNAIRES AUTOMATIQUES

En règle générale, la richesse des gens ne me décontenance pas. Pourtant, il y avait un je-ne-sais-quoi à propos des McIntyre qui m’impressionnait.

Ils n’avaient pas l’air riches, et ils ne semblaient pas particulièrement singuliers. Au contraire, ils semblaient bien ordinaires: un gentil petit couple moyen de travailleurs. Comment ont-ils pu amasser tant de richesse à un âge relativement jeune?

Sans exagération, j’étais troublé. J’étais aussi complètement accro. J’étais dans la mi-vingtaine et, bien que gagnant un salaire décent, je vivotais toujours entre deux versements de salaire. Certains mois j’épargnais un peu mais, plus souvent qu’autrement, j’étais affairé et je dépensais trop le mois suivant pour ainsi gruger mes petites économies.

À maintes reprises, j’avais l’impression de m’enliser davantage plutôt que d’aller de l’avant, et je devais travailler de plus en plus dur pour joindre les deux bouts.

La situation était vraiment gênante, et fort frustrante. Moi, le conseiller financier qui avait souvent d’énormes difficultés, j’enseignais aux autres les rouages de l’investissement. Pis encore, j’avais devant moi les McIntyre qui, dans leurs meilleures années gagnaient probablement la moitié de mon revenu actuel; pourtant, ils étaient millionnaires et, moi, je croulais sous les dettes.

De toute évidence, ils connaissaient un secret concernant la gestion financière. Ce secret me serait très utile et j’étais déterminé à le découvrir. Comment des gens si ordinaires avaient-ils pu réussir à amasser une telle richesse?

Désireux de savoir comment ils s’y étaient pris, mais ne sachant pas trop par où commencer, je leur ai finalement demandé s’ils avaient touché un quelconque héritage.

Jim a éclaté de rire.

«Un héritage? répéta-t-il en secouant la tête. Le seul héritage que nous ayons reçu relève du savoir: nous avons un bon jugement. Nos parents nous ont inculqué quelques notions de gros bon sens en regard de l’argent. Nous avons suivi leurs conseils, voilà tout. Il en va de même pour bien des gens de notre connaissance. En fait, dans notre quartier, environ la moitié de nos amis comptent prendre leur retraite cette année. Et nombre d’entre eux sont dans une situation beaucoup plus enviable que la nôtre

Dès lors, j’étais rivé à leurs lèvres. Les McIntyre étaient venus me consulter au sujet de leurs finances, mais c’est moi qui avais besoin de leurs conseils.

PARAÎTRE RICHE OU DEVENIR UN MILLIONNAIRE AUTOMATIQUE

«Vous savez, dis-je, chaque semaine je rencontre des gens qui comme vous ont suivi mon cours, mais qui sont votre contraire absolu; ils paraissent riches mais, quand vous allez au fond des choses, vous vous rendez compte que non seulement ils ne le sont pas, mais qu’ils sont pauvres. Ce matin même, j’ai rencontré un homme qui est arrivé au volant d’une Porsche flambant neuve, avec une Rolex au poignet. Il semblait plein à craquer mais, en feuilletant ses états financiers, j’ai découvert qu’il vivait sur emprunt.

Cet homme, dans la cinquantaine, habitant une propriété d’un million de dollars greffée d’une hypothèque de 800 000$, avait moins de 100 000$ d’économies, un solde de carte de crédit de plus de 75 000$ et une Porsche de location! De plus, il payait une pension alimentaire à deux ex-épouses.

C’est alors que, n’en pouvant plus, nous avons tous trois éclaté de rire.

«Ce n’est évidemment pas drôle, dis-je, mais voilà un homme qui paraît riche et qui semble avoir réussi, mais qui est dans un état financier et émotionnel frisant le désastre. Il s’est occupé de ses finances comme il conduisait sa Porsche, en fonçant droit devant. Puis, vous voilà! Vous vous présentez au volant d’une Ford Taurus et Jim porte une Timex de dix ans…»

«Du tout, m’interrompit-il, le sourire aux lèvres. C’est une Timex de 18 ans

«Justement! ajoutai-je. Une Timex de 18 ans et vous êtes riche. Vous êtes heureux, toujours marié, vous avez deux grands enfants diplômés et vous prenez votre retraite dans la cinquantaine. Dites-moi, s’il vous plaît, quel est votre secret? Il doit bien y en avoir un, n’est-ce pas

Sue me regarda droit dans les yeux.

«Tu veux vraiment le savoir? demanda-t-elle

J’acquiesçai en silence. Sue jeta un regard à Jim.

«Tu crois qu’on peut prendre quinze minutes pour le lui expliquer

«Bien sûr, dit-il. Qu’est-ce que quinze minutes

En se tournant vers moi, il ajouta:

«À vrai dire, David, tu connais déjà tout ça. Tu l’enseignes chaque jour. Nous n’en sommes que la preuve vivante

La suite dans un prochain article… pour l’instant, retenez ceci:

Il ne faut pas s’endetter inutilement.

Il faut faire preuve d’un bon jugement.

Il faut chercher à devenir un millionnaire automatique et non, à paraître riche.

Par Martin Raymond

Et vous, que pensez-vous de la notion «paraître ou être riche»?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *