Comment devenir un millionnaire automatique (partie 4)

 

Simplicité – Transparence – Performance

Faites l’essai de notre performant service dédié à l’investisseur en compte propre

Cet exemple est intégralement tiré du livre: Le Millionnaire Automatique de David Bach.

Le millionnaire automatique

Le millionnaire automatique

Dans les deux premières parties, nous avons assimilé les concepts d’enrichissement de Jim et Sue McIntyre, c’est à dire:

Ne pas s’endetter inutilement

Faire preuve d’un bon jugement

Avoir comme objectif d’être riche et non de paraître riche

Dans la 3e partie, nous avons commencé à découvrir l’histoire de Jim et Sue McIntyre.

Poursuivons cette rencontre avec un millionnaire automatique, voici la conclusion de l’entretien entre Jim et Sue McIntyre et le conseiller financier David Bach.

Le plus important secret d’un millionnaire automatique

Je me suis adossé, stupéfié par la simplicité apparente du plan des McIntyre. Il devait y avoir une attrape quelque part. J’y ai réfléchi un instant, et j’ai compris.

«Tout ce dont vous me parlez, dis-je, semble logique. Limiter des dépenses futiles, rembourser l’hypothèque le plus rapidement possible, se payer en premier, payer ses achats comptant, éviter l’endettement à crédit… Vous avez absolument raison, et ce sont là des notions que j’approfondis dans mes séminaires. Pourtant, pour réussir à mettre ces principes en application, il vous a fallu une volonté de fer. Sincèrement, bravo! J’aimerais bien que tout un chacun ait votre discipline personnelle. Malheureusement, ce n’est pas donné à tout le monde. J’imagine que c’est ce qui explique que la plupart des gens de deviennent pas riches de cette manière.»

Encore une fois, Jim et Sue se sont regardés. Ils ont souri et Jim a fait signe à Sue de m’expliquer.

Nul besoin de volonté ou de discipline pour devenir un millionnaire automatique

«Voilà justement la beauté de la chose, commenta-t-elle. Nous n’avons pas une volonté de fer. Si suivre les conseils de nos parents avait été une question de discipline, nous n’aurions sûrement pas si bien réussi.»

«Je crois même que nous n’aurions rien fait qui vaille, reprit Jim. Sue a une certaine détermination, pas moi.»

À ce moment précis, j’étais tout à fait ébahi.

«Je n’y comprend rien, dis-je. Si vous n’avez pas une bonne dose de discipline, comment y êtes-vous parvenus? Après tout, nous vivons dans une société de divertissement où nous sommes constamment bombardés par la publicité, même de la part du gouvernement. La tentation de faire carrément l’inverse de ce que vos parents vous ont inculqué devait être grande. Comment avez-vous pu résister? Comment avez-vous réussi à vous conformer à toutes les règles enseignées par vos parents?»

Ma curiosité était davantage personnelle que professionnelle. Comme je l’ai mentionné précédemment, j’étais dans la vingtaine et je trouvais très difficile de m’imposer la discipline nécessaire pour économiser de l’argent. Mon grand intérêt devait être flagrant puisque Jim et Sue ont tous deux éclaté d’un rire contagieux auquel je n’ai pu résister.

«Tu vois, David, me répondit finalement Jim, nous avons une fille à peine un peu plus jeune que toi. Crois-le ou non, nous savons combien il est difficile pour une personne dans la vingtaine à se discipliner à économiser. Voilà toute la beauté de l’approche. Il n’est pas question de volonté.»

Je lui lançai un regard incrédule.

«Ton scepticisme ne m’étonne pas, ajouta Jim. C’est si simple et si évident que même un expert financier comme toi l’admet difficilement. Voilà. Supposons que tu saches que tu devrais faire telle ou telle chose, mais que la tentation de faire autrement est grande. Comment peux-tu t’assurer de suivre le bon chemin?»

Jim me regarda; je haussai les épaules.

«Comme je le disais, continua-t-il, c’est la simplicité et l’évidence mêmes. Il s’agit de faire en sorte qu’il n’y ait plus de choix à faire. Il faut automatiser la prise de décisions.»

«Souviens-toi de ce que je disais à propos de se payer soi-même en premier, intervint Sue. Un certain montant d’argent est automatiquement prélevé à même nos chèques de paie et déposé dans un compte d’épargne. La clé du succès est l’automatisation. Une fois les dispositions prises, il n’y a plus rien à faire; les choix sont faits et nous ne pouvons plus rien changer.»

«Bien sûr, dis-je. C’est comme un programme systématique d’épargne et d’investissement. J’en parle en classe. Sauf que vous le mettez en pratique dans tous les aspects de vos finances.»

«Exactement! s’exclama Jim. Si tu n’as besoin d’y penser, il n’y a aucun risque de l’oublier ou, pis encore, de changer d’idée ou de l’omettre volontairement. Si la décision ne dépend plus de toi, tu ne pourras pas être tenté de changer d’idée.»

Décider de devenir millionnaire automatique

Ce fut de nouveau le tour de Sue à parler.

«Nos parents appelaient ça se protéger contre soi-même, dit-elle. Nous n’avions pas à nous inquiéter d’avoir une volonté de fer, parce qu’il n’y avait absolument rien d’autre à faire que de décider de devenir des millionnaires automatiques. À l’aide de cet outil génial qu’est la retenue à la source, tout a été automatisé. Nous avons littéralement mis sur pied un système éprouvé pour accéder à la richesse.»

«L’entreprise de Jim effectuait des retenues sur salaire et les investissait dans un régime d’épargne retraite. Nous avons établi un système similaire pour accélérer nos paiements hypothécaires. Dès que les banques ont offert des programmes de virement automatique, nous avons demandé à la nôtre de procéder au virement de notre paiement hypothécaire bimensuel, et un peu plus, directement à partir de notre compte de chèques, sans que nous ayons à lever le petit doigt. Nous avons également établi un système de déduction pour investir automatiquement une partie de notre revenu familial dans des fonds communs de placement. Éventuellement, nous avons également automatisé nos dons. Chaque année, nous donnions un peu d’argent à des œuvres de bienfaisance. Avec le temps, nous avons compris qu’il serait tout aussi simple d’automatiser également cela.»

«Évidemment, dit Jim, il ne s’agissait pas de sommes astronomiques. Au départ, moins de 50$ étaient prélevés mensuellement de mon chèque de paie. Toutefois, au fil du temps, cette somme est devenue plus substantielle.»

Je jetai un coup d’œil sur les états financiers des McIntyre, dont l’avoir net était dans les sept chiffres.

«De toute évidence, ai-je conclu. C’est prodigieux.«

Sue secoua la tête.

«Tu fais erreur, dit-elle doucement. Cela n’a rien de prodigieux. Si nous avons réussi, tout le monde en est capable. En décidant de devenir riches à un âge relativement jeune et en automatisant le système générateur de richesse, nous avons rendu notre plan infaillible. C’est comme la devise de Nike, revisitée. Elle dit «Fais-le!» Nous disons «Fais-le…une seule fois». Pour toutes vos questions financières, vous n’avez qu’à automatiser le système, voilà tout!»

«Notre fille, Lucy, a tout organisé en moins d’une demi-heure. Elle est ainsi en voie de devenir millionnaire automatique, elle aussi.»

«Ne va pas croire, ajouta Sue en riant, qu’il faille être vieux jeu comme nous pour que cela fonctionne. Tu pardonneras à la mère que je suis de se vanter, mais notre Lucy est une jeune femme dans le vent. Et pas de Timex à son poignet…»

«Ouais, ajouta Jim avec un large sourire, elle porte l’une de ces Swatches, celles qui sont très à la mode, mais qui en fait ne sont pas si onéreuses.»

«C’est justement ça l’idée, dit Sue. Il est possible d’économiser tout en s’amusant et en ayant du style. Pas besoin d’être radin pur devenir riche. Nous ne l’étions sûrement pas. Nous nous sommes fort amusés au cours des trente dernières années, autant que nos amis sinon plus, car notre vie était exempte des tourments financiers quotidiens.»

Les McIntyre ont quitté mon bureau comme ils y étaient entrés, main dans la main, confiant en l’avenir et heureux comme des jouvenceaux. Je suis resté à ma table de travail un bon moment, à réfléchir à leur histoire, et particulièrement à leurs mots d’adieu.

«La clé, avaient-ils dit, est de paver le chemin de la réussite. Pourquoi compliquer le processus pour devenir riche quand il peut être si simple?»

Je me suis rendu compte qu’ils avaient raison. Quiconque sait quoi faire et comment automatiser le système peut devenir millionnaire automatique.

Cette rencontre avec les McIntyre m’avait ouvert les yeux. J’ai compris le secret qui apportait un changement positif et durable dans la façon de traiter les questions financières.

À la suite de cette rencontre avec les McIntyre, j’ai automatisé toutes mes transactions financières. Et vous savez quoi? Ça fonctionne. Aujourd’hui, je suis également un millionnaire automatique.

Maintenant, à vous de jouer!

Devenez à votre tour un millionnaire automatique.

Par Martin Raymond

Et vous, voulez-vous devenir un millionnaire automatique?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *