La vente à découvert, trop risquée pour moi

Simplicité – Transparence – Performance

Pour vous bâtir un portefeuille d’actions performant et vivre la retraite dont vous rêvez 

Faites-en l’essai, ce sera votre meilleur investissement à vie!

À l’occasion de l’assemblée annuelle des actionnaires de Berkshire Hathaway en 2002, l’illustre Warren Buffett s’était permis quelques commentaires à propos de la vente à découvert.

Selon Buffett, cette pratique comporte des dangers que les petits investisseurs ne perçoivent pas adéquatement. Au fil des années, Buffett dit avoir décelé des centaines d’entreprises qui ne valaient rien. Cependant, il ajoute d’emblée, que vendre tous ces titres à découvert, l’aurait probablement ruiné avant de pouvoir en profiter. «En effet, dans certains cas, plusieurs années ont été nécessaire avant que la réalité s’affirme, dit-il.»

Un investisseur qui achète un titre pour le long terme, a le loisir d’attendre le temps qu’il faudra pour que la réalité l’emporte. Par contre, un investisseur qui pratique la vente à découvert, perd cet avantage.

Pourquoi?

Simplement parce que, vous pouvez avoir raison quant à la médiocrité d’une société ou au prix nettement excessif de son titre, mais si M.Le Marché ne partage pas votre vision, cela risque de vous coûter très cher.

Quand un investisseur achète un titre, le pire qui puisse arriver est de le voir s’écrouler jusqu’à atteindre 0$. Dans le cas de la vente à découvert, la perte est théoriquement illimitée puisqu’il n’y a pas de plafond qui s’applique à la hausse d’un titre.

Comme le disait si bien l’investisseur émérite Peter Lynch, «il vous faut plus qu’une intime conviction que la compagnie est au bord du désastre, il vous faut la patience, le courage et l’argent nécessaire pour tenir bon si jamais le titre ne dégringole pas ou pire encore, s’il part à la hausse».

Comme on peut le constater sans difficulté à la lecture de n’importe quel graphique de n’importe quel indice boursier dans le monde, les marchés sont plus souvent à la hausse qu’à la baisse.

Comme je crois en la théorie des probabilités, je pense sincèrement, que pour la majorité des investisseurs, il est préférable d’acheter pour conserver plutôt que de vendre à découvert.

Même si je peux concevoir que pour certains adeptes de cette méthode d’investissement, le succès est au rendez-vous, dans mon cas, à l’option de la vente à découvert, je réponds: non merci, pas pour moi!

Par Martin Raymond

Pratiquez-vous la vente à découvert dans votre portefeuille d’actions?

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *