L’hypothèque inversée, un mal nécessaire?

 

L’hypothèque inversée

Juste entendre ces mots, créé une réaction viscérale chez certains, qui y voient un produit sinistre qui draine les aînés fragiles de la valeur nette de leur maison. Personnellement, je vous avoue que je suis un peu de cette opinion. Mais bon, examinons ce dossier plus en détails. 

L’hypothécaire inversée permet aux aînés de tirer de l’argent provenant de la valeur nette de leur maison, en fait, jusqu’à 50 pour cent de la valeur marchande de leur propriété. Les inconvénients comprennent les taux qui sont jusqu’à 2,5 points de base plus élevés que les taux hypothécaires normaux, les frais et les pénalités associées au remboursement anticipé et quelques petits héritages non souhaités pour les héritiers de l’emprunteur.

À savoir si l’hypothèque inversée est bonne ou mauvaise, selon les experts, cela dépend de qui en fait la demande. Mais de toute façon, une chose semble claire: l’hypothèque inversée est là pour rester, et elle devient une solution envisagée par un nombre croissant de canadiens âgés.

En fait, la croissance de popularité de l’hypothèque inversée est tellement évidente que je vais y aller d’une petite prédiction. d’ici 10-15 ans, 10% des personnes âgées propriétaires de leur maison signeront pour un prêt hypothécaire inversé, et oui, beaucoup apporteront leur hypothèque avec eux à la tombe.

Voici dix raisons pour lesquelles les gens âgés font appel à l’hypothèque inversée:

1. La baisse de rendement des actions et des obligations

En effet, selon des actuaires, les actions, un actif présent dans la plupart des portefeuilles de retraite, pourrait retourner environ 1,5% de moins que ce qu’ils ont rapporté dans le passé, sur une base annuelle corrigés de l’inflation.

Et les obligations à long terme ne feront pas mieux, selon les mêmes actuaires. Surtout, en prévision d’une hausse des taux, à venir, entraînant vers le bas les prix des obligations déjà émises, et ce, au même moment où les personnes âgées doivent liquider leurs portefeuilles pour financer leur retraite. Avec des rendements inférieurs, le pécule de retraite diminuera tout autant.

2. Une épargne largement insuffisante

En 2014, moins de 40% des canadiens ont épargné en prévision de leur retraite. La moitié des Canadiens pensent qu’ils vont être à court d’argent dans les dix premières années de leur retraite. Un très inquiétant, 47 pour cent des 55 à 64 ans disent, qu’ils n’ont pas un dollar d’économisé en prévision de la retraite.

3. La baisse des taux hypothécaires

Présentement, vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire inversé greffé à un taux préférentiel variable de 1,25% ou encore à un taux fixe, pour une période de 5 ans, de 4,99%.

4. L’acceptation par l’industrie financière 

Les courtiers en hypothèques et les conseillers financiers dirigent, de plus en plus, leurs clients âgés vers le prêt hypothécaire inversé, et ce, pour deux raisons principalement.

D’une part, ils peuvent recevoir une rémunération plus élevée que celle que verse *HomEquity par le biais de son programme de rémunération des conseillers.

D’autre part, dans certains cas, l’hypothèque inversée n’est plus une solution de dernier recours. S’appuyer sur l’équité de la maison au lieu de liquider les placements de retraite peut aider certains aînés à épargner en impôts, à préserver les prestations de vieillesse,  à optimiser les prestations du régime de pension de Canada (RPC), et à diversifier et étendre la durée de vie de leur portefeuille de placements.

*Seul fournisseur national au Canada, HomEquity, a vendu 23% des hypothèques inversées en 2014. 

5. La détérioration du marché de l’emploi 

La qualité des emplois se détériore ce qui pourrait rendre les déficits d’épargne-retraite plus fréquents. Il n’est pas surprenant, que de plus en plus de gens s’attendent à travailler passé l’âge de la retraite.

6.Une plus grande équité sur les biens immobiliers

Plus de propriétaires que jamais (24%) comptent sur leurs biens immobiliers comme principale source de revenu de retraite. Heureusement pour eux, les valeurs des immeubles ont bondi de 430 pour cent au cours des 30 dernières années, touchons du bois.

7.Plus de propriétaires que jamais

Le taux de propriétaires domicilières au Canada a bondi de 61% en 1984 à plus de 70% aujourd’hui. Ce qui a pour effet que de plus en plus de gens sont admissibles pour un prêt hypothécaire inversé.

8.L’augmentation de l’espérance de vie 

Nous vivons de plus en plus longtemps (81,7 ans en moyenne). Dans 15 ans, les personnes âgées de 65 ans et plus, représenteront 23 pour cent de la population, contre 15,6 pour cent aujourd’hui.

Vivre de plus en plus vieux a cependant un prix, les problèmes de santé deviennent plus fréquents autour de 77 ans, en moyenne, un problème puisque l’épargne-retraite ne suit pas.

En outre, 91% des baby-boomers canadiens veulent rester dans leur propre maison aussi longtemps que possible. Par contre, les soins à domicile ne sont pas donnés et deviennent même plus dispendieux à chaque année.

Source: Statistique Canada (1971-2010) et le Bureau du surintendant des institutions financières (2020-2080)

9.La dette hypothécaire et personnelle de plus en plus lourde

La dette hypothécaire et la ligne de crédit personnel ont bondi de 62% et 132%, respectivement, de 1999 à 2012. Une autre facette qui réduit considérablement la marge de manœuvre des ainés et qui les obligent à avoir recours à d’autres modalités, comme l’hypothèque inversée, pour financer leur retraite.

10.Le plan de retraite qui part à la dérive

Nombreux sont les Canadiens âgés qui sont obligés de renflouer leur navire financier pour éviter le naufrage.

À titre d’exemple, 21% des clients de la société Credit Counselling sont des gens âgés de 55 ans ou plus. Cela se compare à seulement 5%, il y a une vngtaine d’années.

En 2010, les aînés étaient 17 fois plus sujet à l’insolvabilité qu’ils ne l’étaient il y a deux décennies.

Mon humble pronostic

Personnellement, je n’utiliserai pas cet outil de planification financière, mais en supposant que la plupart des tendances, énumérées ci-haut, ne s’inverseront pas dans un avenir rapproché, l’hypothèque inversée deviendra une alternative vitale pour des centaines de milliers de Canadiens dans les années à venir.

Et après 29 ans d’existence, elle est même devenu un outil de planification financière assez commun.

Pour en apprendre davantage sur les tenants et aboutissants de l’hypothèque inversée, cliquez sur le lien ci-dessous:

http://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/flashretraiteqc/Pages/capsule_retraite_053.aspx

Par Martin Raymond

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *