Pourquoi les marchés boursiers et de l’or sont si liés et si différents à la fois ?

Romaric

Cet article vous est proposé par Romaric CHRIST qui est l’auteur du blog http://www.sortir-du-rsa.fr

Le monde de l’économie offre plusieurs opportunités aux investisseurs de faire des placements. De plus en plus, la bourse offre des possibilités aux acteurs d’interagir librement sur le cours des actions sur des marchés différents, mettant ainsi directement en relation une offre et une demande. Certains préfèrent trader en fonction du cours de l’Or qui offre également d’importantes possibilités sur un marché de gré à gré entre les différents intervenants. Les différentes fluctuations du marché conduisent les investisseurs dans ces deux importants créneaux de l’économie à adopter pourtant des attitudes très tranchées vis-à-vis de l’un ou de l’autre.

La bourse et l’or : Deux marchés d’offre et de la demande

Le marché boursier est principalement influencé par deux types d’acteurs, les acheteurs (demande) et les vendeurs (offre). C’est leur confrontation sur un titre qui entraine un prix d’équilibre. En bourse, le coût d’équilibre d’une action peut changer plusieurs fois en quelques minutes. Un acheteur peut supposer qu’une action X à 150 € est avantageuse alors qu’un autre attendra de trouver un vendeur à 125 € avant d’investir. Tout dépend surtout de l’appréciation personnelle des différentes parties.

La flexibilité de la bourse donne la liberté aux actionnaires d’avoir des objectifs sur le long terme ou tout simplement de spéculer sur une journée, à l’exemple des day-traders. Le marché de l’Or quant à lui se joue sur une demande et une offre très diversifiée. Ce sont généralement les bijoux, les industries, les investissements et la spéculation qui font vivre la demande de l’Or, avec des pourcentages respectifs de 50 %, 10 % et 40 % pour les investissements. Cette hausse générale constatée des taux d’investissements et de spéculation traduit à souhait la bonne santé de ce secteur.

L’offre sur le secteur de l’Or représente une richesse énorme, dont 76 % des réserves totales ont déjà été exploitées, soit environ 171 000 tonnes d’or. Selon les mêmes estimations de U.S. Geological Survey, 51 000 tonnes resteraient encore disponibles sur terre. Si le même rapport souligne qu’il ne reste qu’une vingtaine d’années d’extraction possible, il faut tout de même noter que d’autres sources d’extraction restent envisageables, dont les astéroïdes proches de la terre et les sources sous-marines.

Une relation de cause à effet au gré de la confiance des investisseurs

Le marché des échanges n’est pas toujours un long fleuve tranquille concernant la bourse. En effet, les actionnaires sont souvent confrontés à une forte baisse des cours sur le marché, ce qui entraine leur hésitation quant à investir. Le jeu des de la baisse ou de la hausse du cours des actions est relatif à un certain comportement sur le marché boursier.

Ainsi, lorsque plusieurs investisseurs souhaitent acheter au cours actuel et qu’en face, il n’y a que très peu de personne disposée à vendre, le cours des actions monte jusqu’à ce que l’offre disparaisse totalement. Quand le cours d’une action atteint les sommets à tel point qu’aucun acheteur ne peut s’aventurer, il ne lui restera plus qu’à baisser. Ces sont ces fluctuations qui régulent également le marché de l’Or. Face à ces mouvements en la bourse, les investisseurs préfèrent alors se tourner plutôt sur une valeur plus sûre, car régulièrement stable, à savoir l’Or.

En effet, bien que parfois sujet à des fluctuations fortes, l’or demeure dans l’esprit des gens comme un moyen sûr de conserver sa richesse et de la transmettre aux générations futures. C’est le seul actif financier tangible qui rassure, son cours est souvent à l’image de la méfiance pour les valeurs monétaires. Le comportement du cours de l’Or est fonction aujourd’hui de la situation économique des marchés boursiers. Les investisseurs s’en servent donc comme valeur-refuge pour conserver leurs actifs, le temps que les marchés retrouvent une meilleure santé.

À cet effet, acheter de l’or n’est pas réellement une action d’investissement, mais plutôt de spéculation. Sa production stable d’une année sur l’autre (autour de 4000 tonnes l’année) est certes écoulée vers les besoins de la bijouterie, de l’industrie médicale, de l’électronique, mais les institutions financières dont les banques centrales et les investisseurs en sont également les gros utilisateurs. Par contre, lorsque le cours de l’or baisse, celui de la bourse remonte, une relation contradictoire entretenue

Ces deux réseaux économiques sur lesquels les investisseurs surfent pour effectuer les meilleurs choix possible. Pour être préparés à un éventuel choix, les actionnaires se focalisent généralement sur la veille au sujet des indices, puisque la baisse ou la hausse d’une valeur est le résultat des mouvements de l’ensemble des actions qui composent son indice.

Par Romaric CHRIST

2 Commentaires
  1. 27 octobre 2016
    • 27 octobre 2016

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *