Gardez le focus sur le rendement à long terme de votre portefeuille

 

En 1986, Eugène Shanan, un ancien élève de l’université Columbia et gestionnaire de portefeuille pour la firme U.S. Trust, a écrit un article intitulé «L’étude de la performance à court terme et l’investissement dans la valeur ne sont-ils pas contradictoires».

Dans son article, Shahan s’intéressa à la question suivante: est-il judicieux de jauger les compétences d’un gestionnaire de portefeuille en se basant sur ses performances à court terme?

Essayons de répondre à cette question en analysant les performances comme gestionnaire de portefeuille de deux des meilleurs investisseurs boursiers de tous les temps; John Maynard Keynes et  Bill Ruane.

th

Débutons avec John Maynard Keynes. Voici le tableau des rendements du «Chest Fund», dont il a été le gestionnaire principal de 1928 à 1945, comparés avec ceux du marché boursier Britannique.

année Chest Fund Marché britannique différence
1928   0.0% 0.1% -0.1%
1929   0.8% 6.6% -5.8%
1930 -32.4% -20.3% -12.1%
1931 -24.6% -25.0% +0.4%
1932 44.8% -5.8% +50.6%
1933 35.1% 21.5% +13.6%
1934 33.1% -0.7% +33.8%
1935 44.3% 5.3% +39.0%
1936 56.0% 10.2% +45.8%
1937   8.5% -0.5% +9.0%
1938 -40.1% -16.1% -24.0%
1939 12.9% -7.2% +20.1%
1940 -15.6% -12.9% -2.7%
1941 33.5% 12.5% +21.0%
1942 -0.9% 0.8% -1.7%
1943 53.9% 15.6% +38.3%
1944 14.5% 5.4% +9.1%
1945 14.6% 0.8% +13.8%
%annualisé 13.2% -0.5% +13.7%

Comme on peut voir dans le tableau ci-dessus, le «Chest Fund» a sous-performé le marché britannique à 6 reprises sur la période où Maynard Keynes en était le gestionnaire, soit en 1928,1929,1930,1938,1940 et 1942.

Donc, sous son règne, le «Chest Fund» a sous-performé son indice de référence 33% du temps (6 années sur 18).

Maintenant, attardons-nous à la période de 1928-1930. Durant cette période, le fonds de Maynard Keynes accumula un retard de 18% par rapport au marché. Que serait-il arrivé, si les investisseurs, motivés par ces mauvais résultats à court terme, auraient jeté la serviette sur les talents de gestionnaire de Maynard Keynes et retiré leurs capitaux du fonds à la fin de l’année 1930?

Hé bien, ils auraient essuyé une lourde perte en capital et ils seraient passés à côté d’un brillant gestionnaire de portefeuille qui a surpassé le marché britannique par une marge de 13.7% sur 18 ans (13.2% vs -0.5%).

0223_williamruane_170x170

Poursuivons maintenant avec Bill Ruane. Voici le tableau des rendements du «Sequoia Fund», pour la période de 1971-1997. Les rendements sont comparés avec ceux du S&P 500.

année Fonds Sequoia S&P 500 différence
1971  13.5%  14.3%   -0.8%
1972    3.7%  18.9% -15.2%
1973 -24.0% -14.8%   -9.2%
1974 -15.7% -26.4% +10.7%
1975  60.5%  37.2% +23.3%
1976  72.3%  23.6% +48.7%
1977  19.9%  -7.4% +27.3%
1978  23.9%   6.4% +17.5%
1979  12.1%  18.2%   -6.1%
1980  12.6%  32.3%  -19.7%
1981  21.5%  -5.0% +26.5%
1982  31.2%  21.4%   +9.8%
1983  27.3%  22.4%   +4.9%
1984  18.5%   6.1% +12.4%
1985  28.0% 31.6%   -3.6%
1986  13.3% 18.6%   -5.3%
1987   7.4%  5.2%  +2.2%
1988 11.1% 16.5%   -5.4%
1989 27.9% 31.6%   -3.7%
1990 -3.8% -3.1%   -0.7%
1991 40.0% 30.3%  +9.7%
1992  9.4%  7.6%  +1.8%
1993 10.8% 10.0%  +0.8%
1994  3.3%  1.4%  +1.9%
1995 41.4% 37.5%  +3.9%
1996 21.7% 22.9%   -1.2%
1997 42.3% 33.4%  +8.9%
% annualisé 19.6% 14.5%  +5.1%

Comme on peut le remarquer dans le tableau ci-dessus, le «Sequoia Fund» a sous-performé le marché américain à 11 reprises sur la période de 1971 à 1997, soit 39.3% du temps.

Maintenant, jetons un coup d’œil à la période 1971-1973, soit les 3 premières années d’existence du «Sequoia Fund».

Durant cette période, le fonds de Ruane accusa un retard de 25.2% sur le marché américain. De quoi décourager les investisseurs qui ne jurent que par les résultats à court terme.

Maintenant, regardons ce qui serait arrivé à ces investisseurs découragés par trois années de sous-performance et qui auraient vendu leurs parts à la fin de l’année 1973.

Hé bien, leur triste constat, aurait été l’encaissement d’une lourde perte en capital à la vente de leurs parts et la frustration d’avoir quitté un gestionnaire qui fut l’un des meilleurs de tous les temps et qui le demeure toujours aujourd’hui.

Surpasser le marché américain par une marge de plus de 5% sur une si longue période (28 ans), n’est pas le fruit du hasard mais bien d’un réel talent de stockpicker.

En terminant, souvenez-vous toujours qu’une sous-performance à court terme d’un gestionnaire de portefeuille, surtout s’il s’agit d’un gestionnaire avec un historique de rendements remarquable, n’est pas une raison pour vendre et quitter le navire. Je vous suggérerais, plutôt, d’avoir foi en lui et vous dirais ceci «gardez le focus sur le rendement à long terme de votre portefeuille».

Par Martin Raymond

Attachez-vous de l’importance aux rendements à court terme de votre portefeuille d’actions?

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à rejoindre nos milliers de Followers sur Twitter, Facebook ou Linkedin. Aimez notre page Facebook, Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA (Tirage le 31-12-2017).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *