Comprendre et maîtriser l’aversion au risque, c’est une nécessité

 Supposons que je vous donne le choix entre:

A. 10 000$ assurés

ou

B. 6 chances sur 10 de gagner 20 000$ avec 4 chance sur 10 de ne rien avoir

Que choisissez-vous?

La majorité des gens sélectionneront l’option A même si le choix B est le choix rationnel sur la base des probabilités (avec l’option B, votre gain probable est 0.6 X 20 000$ ou 12 000$, ce qui est supérieur à 10 000$).

Supposons maintenant que vous avez le choix entre ces deux options:

A. une perte certaine de 10 000$

B. 6 chances sur 10 de perdre 20 000$ avec 4 chances sur 10 de ne rien perdre du tout

Que choisissez-vous?

Cette fois, la majorité des gens choisiront l’option B même si la perte probable est de 12 000$ contre 10 000$ dans l’option A.

Pourquoi?

Parce que l’option B procure la possibilité d’éviter une perte.

Plusieurs recherches ont été mené sur le phénomène de «l’aversion au risque» et elles concluent tous que les gens ont tendance, en grande majorité, à éviter les risques lorsqu’ils tentent de s’enrichir, mais sont ouvert à prendre beaucoup de risques dans le but d’éviter une perte.

Les chercheurs ont même été capables de quantifier cela, disant qu’il est trois fois plus pénible de perdre de l’argent comparativement au plaisir que nous procure un gain d’argent.

En bourse, la réalité veut que cette tendance humaine soit encore plus dangereuse. En effet, c’est inévitable qu’en bourse vous aurez des titres perdants dans votre portefeuille à un moment donné. Or, si vous laissez votre aversion au risque et votre douleur face à la perte guider vos décisions, vous conserverez malheureusement vos perdants.

Il est vrai que perdre de l’argent n’est pas un plaisir, mais il est aussi vrai que conserver ses perdants éternellement vous mènera à la déconfiture sur le plan boursier. Donc, en tant qu’investisseur boursier, vous avez avantage à apprendre à perdre de l’argent à l’occasion.

C’est aussi l’aversion au risque qui amène les investisseurs à vendre leurs titres gagnants trop rapidement (comme si empocher un profit confirmait qu’ils sont des êtres brillants et leurs évitaient, en cas de baisse subséquente de passer pour des idiots).

Pourtant, ce sont les lois de la probabilité qui, dans un portefeuille boursier, déterminent que certains titres ne feront rien, que d’autres seront un désastre et qu’une minorité sera responsable de la majeure partie de votre rendement (ce sont ces grands gagnants que vous ne devez pas vendre).

Une fois que vous avez accepté l’inévitabilité des pertes boursières, la rationalité entre en jeu et vous permet de vendre un titre perdant peu importe le prix, à reconnaître que vous avez fait une erreur d’évaluation et par la suite, à étudier votre erreur objectivement de façon à apprendre et à tirer des leçons qui feront de vous un meilleur investisseur dans l’avenir.

«Arrachez vos mauvaises herbes et arrosez vos fleurs pour qu’elles continuent de croître»

Apprenez à comprendre et maîtriser l’aversion au risque.

Par Martin Raymond

Êtes-vous du genre à arracher les fleurs et arroser les mauvaises herbes?

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à rejoindre nos milliers de Followers sur Twitter, Facebook ou Linkedin. Aimez notre page Facebook, Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA (Tirage le 31-12-2017).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *