5 dangers à savoir sur une action à gros dividende

sovanna

Cet article vous est proposé par Sovanna SEK qui est l’auteur du blog investir-en-actions.com

5 dangers à savoir sur une action à gros dividende

Le fait de se laisser tenter par les actions à gros dividende ou fort rendement est une des erreurs fréquentes des investisseurs particuliers en Bourse. En procédant de cette façon, vous négligez en grande partie les fondamentaux de l’investissement en Bourse et allez prendre tôt ou tard des coups de fusil si vous en abusez. Pour vous faire comprendre, je vais vous expliquer les différents dangers d’investir en actions en se focalisant essentiellement sur le dividende.

 

L’action à gros dividende veut attirer à tout prix les actionnaires

 

Les actions à gros dividende sont souvent des entreprises généreuses envers les actionnaires. Leur but est de les fidéliser ou chouchouter pour les garder dans le capital. Un rendement élevé est souvent synonyme d’une baisse du cours de l’action. Si ça dure pendant quelques années, vous devrez être vigilant car les promesses du management ne seront pas tenues tôt ou tard. Avec du recul, vous risquez de rencontrer de mauvaises surprises.

 

L’action à gros dividende est une entreprise en pente descendante

 

Même s’il y a quelques exceptions avec les foncières, les actions à gros dividende sont généralement des entreprises avec un potentiel de croissance faible ou un business model obsolète. Elles n’ont pas su s’adapter aux évolutions technologiques et aux nouvelles modes de consommation qui sont par nature de la déflation créatrice.

La principale raisons de leur déclin est liée à un management qui s’est reposé sur ses lauriers en pensant son avantage compétitif durable serait intact. Sachez que lorsque vous investissez sur une entreprise cotée en Bourse, vous devez analyser son futur et ses relais de croissance. Si vous n’en voyez pas, restez à l’écart.

 

Vous investissez dans des secteurs d’activité à risque

 

Les actions à gros dividende évoluent généralement dans des secteurs d’activité à risque dont la concurrence est rude et les fondamentaux intrinsèques ne sont pas très réjouissants sur le long terme. Le secteur bancaire, les médias et la télécommunication sont de parfaits exemples. Le premier est victime de la crise des subprimes et son image vis-à-vis des actionnaires s’est dégradée. Le second a vu sa part de recettes publicitaires éroder à cause de son fonctionnement interne historique et ont mis du temps à réagir pour repenser leur business model. Quant au troisième, être trop dépendant d’un avantage compétitif venant de la sphère politique n’est pas viable car les évolutions technologiques ont bousculé les codes traditionnels. Cela risque de perdurer.

En regardant leur évolution de leur cours de Bourse depuis les années d’avant-crise, vous constaterez que cela ressemble à des montagnes russes.

 

Un dividende élevé qui dilapide la trésorerie

 

Versez un gros dividende, c’est joli pour l’actionnaire mais vous devez vous poser la question concernant sa pérennité. S’il est financé par de la dette, est supérieur au free cash flow ou les bénéfices ne le couvrent pas sur plusieurs années, l’alerte est maximale. Cela signifie que l’entreprise en question est en panne de croissance et son avenir proche semble compromis.

Pour analyser la solidité financière d’une entreprise cotée en Bourse, beaucoup d’investisseurs particuliers se focalisent sur la capacité bénéficiaire et la dette. La vérité est qu’il faut surveiller plus particulièrement, la trésorerie car c’est le poumon de l’entreprise.

 

Le risque probable d’une réduction ou suppression du dividende

 

En règle générale, les actions à gros dividende ne se préoccupent pas assez de la création de valeur sur le long terme pour l’actionnaire et préfère convaincre naïvement, les actionnaires (plus particulièrement les petits porteurs) avec l’argument d’un dividende à rendement élevé. A force de jouer avec cette stratégie, le retour de bâton s’avère brutal à l’image de Pages Jaunes, Vivendi ou Orange qui ont réduit ou supprimé le dividende.

En effet, réduire ou couper le dividende est un coup de poignard pour les investisseurs actionnaires. Ses derniers ne vont pas se gêner pour le faire savoir en sanctionnant sévèrement sur les marchés financiers et partiront chercher de meilleures opportunités.

 

Conclusion : Le dividende n’est pas une fin en soi

 

A force d’être obnubilé par l’envie de toucher de jolis dividendes, vous oubliez la notion du risque en Bourse. Ayez à l’esprit que sur le marché actions, il y a beaucoup de canards boiteux. Si vous en avez dans votre portefeuille boursier, je n’hésiterais pas de rester à l’écart. D’où l’importance d’être sélectif dans vos choix de vos titres pour constituer un portefeuille boursier performant sur le long terme.

Au final, l’idée d’investir sur des actions à gros dividende est une stratégie perdante car vous allez perdre beaucoup en capital et ne respectez pas les phases préparatoires pour bien investir en Bourse sur le marché actions.

Par Sovanna SEK

Simplicité – Transparence – Performance

Tout le monde a le droit de s’enrichir en bourse, faites passer votre portefeuille à la vitesse supérieure en faisant l’essai de MIA maintenant

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *