L’instinct le pire ennemi de l’investisseur

 Connaître la psychologie humaine est une des clés de la réussite en investissement.

L’esprit humain est un outil puissant et complexe qui peut se transformer rapidement en une arme à double tranchant pour ceux qui méconnaissent son fonctionnement et son contrôle.

La psychologie, ou la force émotionnelle, est la base sur laquelle les compétences des grands performeurs sont construites, que se soit chez les  sportifs de hauts niveaux ou les grands investisseurs. Dans des situations à haut risque, de stress intense, l’esprit doit pouvoir réagir rapidement et apporter la meilleure réponse qui soit.

La qualité de la décision dans ces situations de stress élevé exige une personne émotionnellement équilibrée. Et la seule façon de développer cette résistance émotionnelle est d’avoir développé une auto-réflexion cohérente en comprenant intimement ses forces et ses faiblesses.

Rappelons-nous, ce sportif escaladant un glacier et tombé dans une crevasse, sa main était coincée et il ne pouvait appeler du secours, avant que son esprit ne s’engourdisse par le froid et que ne s’ensuive une mort certaine, il a scié sa main et ainsi, il a pu s’extraire seul de la crevasse, son choix était la mort ou la main, il a choisi la vie.

Ceci illustre l’adage boursier « Il vaut mieux se couper la main que le bras ».

L’ investissement est une excellente façon pour apprendre à se comprendre vraiment. Les marchés vont rapidement dévoiler chaque défaut de votre caractère.

Le marché provoquera chez l’investisseur de multiples émotions. La peur, la cupidité, l’ espoir, le doute de soi … ..il faut une bonne préparation psychologique pour y faire face. Si ces émotions ne sont pas gérées, elles peuvent conduire à la catastrophe.

Pour faire face à ces émotions, il est bon de comprendre comment l’esprit humain s’est développé au cours du temps, c’est l’objet de la paléo-ethnologie l’étude du comportement de nos lointains ancêtres.

Les humains ont évolué au cours de centaines de milliers d’années, une bonne partie de leur temps était consacré à la recherche de nourriture, c’était des chasseurs-cueilleurs qui vivaient en petite tribu et se déplaçaient constamment. La révolution agricole ne date que d’une douzaine de milliers d’années et a apporté la sédentarisation et l’avènement des villes. Ce qui à l’échelle de l’humanité est peu de temps.

Le fait que nos cerveaux se sont principalement développés durant notre mode de vie tribal a de nombreuses implications sur notre constitution psychologique. Cela explique aussi pourquoi nos instincts « précâblés » font naturellement de nous de piètres investisseurs.

Alors, les émotions sont-elles une faiblesse inhérente à l’homme?

Non! Les émotions nous permettent de nous adapter et elles sont très utiles dans certaines situations.

Imaginons un chasseur-cueilleur esseulé qui soudainement est confronté avec un tigre sabre, à cette vue se déclenche immédiatement chez lui une réaction de lutte ou de fuite. L’homme est immédiatement frappé par diverses émotions comme la peur, l’agressivité, l’anxiété, etc. Dans le même temps, des changements physiologiques ont lieu dans son corps, des hormones comme l’adrénaline, la testostérone ou le cortisol sont lâchées pour préparer l’homme à combattre ou à courir.

Cette réponse psychologico-émotionnelle le rend plus capable de survivre à cette rencontre et lui permet de prendre une décision en un clin d’œil. Il n’a pas le temps de s’asseoir et de réfléchir à la meilleure façon d’agir dans une situation de vie ou de mort. Le temps de réaction est primordial et les émotions sont un instrument essentiel dans la prise de décision rapide.

Les émotions sont importantes quand nous sommes face à un mammouth … mais qu’en est-il dans les situations que nous rencontrons sur les marchés boursiers ?

Les économies de votre vie entière sont investies en bourse. Tout d’un coup, le marché dégringole de 10%, et puis encore de 6% le lendemain. L’homme est confronté à la fois à l’extrême volatilité et à des pertes énormes. La sécurité financière de sa famille est en jeu. Il est dans une situation de vie ou de mort . Une décision doit être prise rapidement.

Face à une telle situation, une réponse émotionnelle n’est pas bonne, car cela le conduira à détruire ses économies sur le long terme.

Dans ce type de scénario, une réaction de lutte ou de fuite serait contre-productive, au contraire il faut garder la tête froide, les décisions rationnelles prévalent. L’investisseur doit transférer sa prise de décision de l’amygdale (émotion) vers son cortex préfrontal (rationnel). Ce qui vous aidera à surmonter vos réactions émotionnelles et physiologiques immédiates afin de prendre une décision plus rationnelle pour vos économies.

En plus de contrôler ces émotions, nous devons aussi composer avec notre puissant désir évolutif de s’intégrer.

Pensez à nos ancêtres chasseurs-cueilleurs qui se déplaçaient en petit groupe qui se fournissait les uns les autres subsistance et protection. Tous les besoins de base, nourriture et abris pour dormir étaient satisfaits par le groupe.

Il est essentiel pour l’individu d’être accepté par son groupe, s’il n’est pas bien-aimé, il serait ostracisé et forcé de partir, ce qui équivaut à une sentence de mort. Un individu seul ne peut survivre à l’état sauvage.

Les plus conformistes du groupe ont les meilleures chances de survivre, ils étaient aussi ceux qui avaient les meilleures chances de se reproduire, de transmettre leur code génétique. Ce besoin dominant s’est renforcé et transmis depuis des dizaines de milliers de générations et est inscrit dans nos gènes. C’ est la raison pour laquelle nous sommes tous nés avec le besoin naturel d’être accepté par les autres. Faire quelque chose qui va à contre-courant, surtout quelque chose qui pourrait nous amener à être rejetés du groupe, va complètement à l’encontre de notre nature.

Cette mentalité avait un sens dans le passé, mais aujourd’hui, elle n’a pas de sens … surtout dans les marchés financiers.

Est-il rentable de toujours suivre la foule, d’avoir un comportement moutonnier ou de penser par soi même ?

Une pensée indépendante vous conduira à faire exactement le contraire de la foule.

Warren Buffet nous dit

«Nous essayons simplement d’être craintifs quand les autres sont avides et d’être avides lorsque les autres sont craintifs.« 

À la mi 2009 la peur prévalait sur le marché, personne ne voulait investir après la crise financière, pourtant c’était le moment où les valorisations étaient au plus basses et était mûres pour la cueillette, le marché se préparai à se retourner.

Ceci montre pourquoi, il ne pas penser avec le groupe (troupeau) . Un investisseur doit prendre ses propres décisions sur la base de ses propres convictions.

Penser par vous-même signifie violer votre besoin biologique d’être accepté par les autres et automatiquement on se sent mal à l’aise. Mais la capacité de gérer cette réaction émotionnelle négative qui vient avec la pensée indépendante est la clé du succès à long terme.

L’investissement « contrariant » ou encore l’investissement comportemental sont des formes d’investissements pratiqué par des individus chez qui le rationnel domine l’émotion.

Par Patrick VB

Laissez moi votre commentaire sur l’article.

Depuis 2014, le choix des investisseurs gagnants!

Accédez à deux portefeuilles modèles performants au meilleur coût!

Faites-en l’essai maintenant!

Laissez moi votre commentaire sur l’article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à rejoindre nos milliers de Followers sur Twitter, Facebook ou Linkedin. Aimez notre page Facebook, Un like sur notre page Facebook, c’est une chance de gagner un abonnement d’un an à la section privilège MIA (Tirage le 31-12-2017).

Un commentaire
  1. 2 avril 2017

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *