Renégocier son crédit immobilier : Que doit-on savoir ?

 

 

Renégocier son crédit immobilier : Que doit-on savoir ?

Bonne nouvelle pour les futurs contractants, et mauvaise nouvelle pour les emprunteurs déjà engagés, la baisse de taux d’intérêt représente pourtant une aubaine pour alléger les mensualités. Les clients de banque qui ont déjà contracté un crédit pour la réalisation d’un projet immobilier peuvent toutefois jouir de cette baisse, sous conditions. Dans ce cas, il est question de renégociation de crédit, et quelques points relatifs aux démarches méritent d’être maîtrisés.

Connaître les formalités imposées pour la renégociation de crédit

Souhaiter revoir les différentes conditions de remboursement d’emprunt en cours revient à solliciter une renégociation de crédit. La principale raison qui amène un contractant à passer par cette étape est la baisse du taux d’intérêt décidée par la banque. Il s’agit d’un moment opportun qui permet d’alléger le montant de remboursement, ou de raccourcir la durée pour régler l’emprunt. Afin d’en bénéficier, le contractant doit respecter les formalités imposées par sa banque, entre autres :

  • En fournissant des pièces justifiant la sollicitation de renégocier le crédit, qui doivent comprendre les trois dernières fiches de paie et des relevés de compte bancaire.
  • En constituant un dossier renfermant les informations d’amortissement du crédit en cours
  • En établissant une demande de renégociation de crédit, et y mentionner la sollicitation de baisse de taux d’intérêt.
  • En informant son banquier sur le souhait de renégocier le prêt pour que celui-ci puisse évaluer la capacité de remboursement de l’emprunteur
  • En recevant une nouvelle offre de crédit immobilier

Prendre conscience des frais et pénalités liés à la renégociation de crédit

Solliciter une renégociation de crédit entraîne le demandeur à régler certains frais et débours. Celui-ci est même soumis à des pénalités pour un remboursement anticipé de crédit immobilier. Dans le cadre de cette renégociation, l’emprunteur peut opter pour la substitution de son prêt en cours à un nouveau qui est moins coûteux. Cette demande effectuée auprès du banquier peut être validée ou non, et entraîne des frais qui sont susceptibles de supprimer les intérêts financiers du crédit. Néanmoins, ce type de renégociation de crédit est peu crédible, c’est-à-dire que de nombreux établissements montrent de la réticence à face à ce genre de demande. Pour des cas de refus, l’emprunteur peut passer par une seconde renégociation, auprès d’un autre banquier, mais doit régler des frais de dossier, de mainlevée d’hypothèque et de prise qui sont assez élevés.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *