Comprendre les frais de courtage pour maîtriser ses investissements en bourse

Les frais en bourse peuvent beaucoup varier d’une banque ou d’un courtier à l’autre, et notamment entre une banque traditionnelle et un courtier en ligne. Ils peuvent également varier en fonction des types de titres et des marchés sur lesquels on investit.

Même si les frais facturés par les courtiers en bourse sont globalement en baisse depuis plusieurs années, tirés vers le bas par les acteurs en ligne, il est important de bien comprendre d’où ils viennent et comment ils fonctionnent.

En effet, il est toujours possible de les optimiser, et pour cela il est nécessaire d’avoir connaissance de l’origine des frais en bourse.

 

investisseur bourse calcul frais courtage

 

Sur quoi paie-t-on des frais en bourse ?

Différents types de frais existent lorsque l’on investit en bourse. Si certains paraissent évidents, d’autres peuvent être plus surprenants… Passons en revue ces différents types de frais pour bien les connaître et ainsi être en mesure de faire les choix adaptés pour les optimiser.

 

Les frais de courtage en bourse

Le premier type de frais facturés en bourse, qui est peut-être le plus évident, correspond aux frais de courtage.

Les frais de courtage constituent la principale rémunération du courtier en bourse, pour son rôle d’intermédiaire, et l’exécution des ordres. Pour cela, le courtier prélève une certaine somme à chaque fois qu’un ordre de bourse est passé, qu’il s’agisse de l’achat ou de la vente d’un titre. Ces frais peuvent être fixes et/ou proportionnels au montant de la transaction.

Dans le cas d’un modèle forfaitaire, vous serez donc prélevé d’une somme fixe à chaque passage d’ordre, quel que soit le montant de cet ordre. Des tranches de montant d’ordre sont toutefois généralement définies, avec des frais associés plus importants à chaque fois que vous passez dans la tranche supérieure. Par exemple 5€ de frais pour un ordre entre 1000 et 5000€, 10€ pour un ordre entre 5000 et 10 000€…

Si par contre les frais sont proportionnels au montant de la transaction, vous serez facturé d’un montant correspondant à un certain pourcentage de la valeur de l’ordre. Dans ce cas, plus le montant de l’ordre est important, plus les frais le sont également. Cependant, le pourcentage facturé est souvent dégressif à partir de certains paliers.

Les frais de courtage peuvent également être facturés selon un modèle qui est un mix du modèle forfaitaire et du modèle proportionnel. Dans ce cas un montant fixe de base est facturé, et un pourcentage est également prélevé sur une partie de l’ordre, au-delà d’un certain montant.

Les courtiers proposent généralement plusieurs offres, adaptées à chaque profil d’investisseur, au sein desquelles la facturation des frais de courtage est différente. Il faut donc bien étudier ces offres pour déterminer celle qui est la plus adaptée à votre mode de fonctionnement (volume d’ordres mensuel et montant de ceux-ci notamment), et qui sera donc la plus rentable pour vous.

Même s’il n’est pas possible d’investir en bourse sans frais de courtage, le choix du bon courtier, et de la bonne offre, peuvent permettre de minimiser ces frais.

 

 

Trouver le meilleur courtier en Bourse

 

Les droits de garde

Il existe également d’autres frais en bourse, qui ne sont pas des frais de courtage, mais qui viennent tout de même alourdir la note.

Les droits de garde font partie de ces frais. Ils sont encore facturés par certaines banques traditionnelles, pour les comptes-titres et PEA. Il s’agit généralement de frais fixes par ligne, le montant des frais de garde dépendra donc du nombre de titres en portefeuille, et pas forcément du montant de ceux-ci. Les frais de garde peuvent donc représenter un coût conséquent relativement à la valeur du portefeuille, pour les « petits » portefeuilles en terme de valorisation globale mais avec un nombre assez important de lignes.

De leur côté, les courtiers en ligne ne facturent pas de frais de garde, ce qui constitue un avantage supplémentaire pour ces derniers.

 

Les frais d’inactivité

Si vous passez peu d’ordres de bourse, il est possible que des frais d’inactivité vous soient facturés dans certains cas.

En effet, étant donné que les courtiers se rémunèrent principalement avec les frais de courtage, si vous ne passez pas d’ordres ils ne touchent rien. Certains peuvent ainsi compenser en facturant des frais si vous ne passez pas, ou pas suffisamment, d’ordres (dans le cas d’abonnements particuliers vous engageant au passage d’un nombre minimal d’ordres par exemple) sur une période donnée.

 

Les frais des fonds

Si vous investissez dans des fonds tels que des OPCVM ou FCP, des frais spécifiques vous seront également facturés.

Il s’agit généralement de frais d’entrée, et de frais de gestion annuels. Ces frais sont souvent transparents pour les investisseurs, car les performances annoncées par les fonds sont nettes de frais, mais ils ne sont pas pour autant inexistants, et sont même généralement conséquents.

Les frais sont plus élevés lorsque vous investissez sur des fonds dits « actifs », qui cherchent à surperformer le marché. C’est pourquoi il est souvent plus intéressant d’investir dans des ETF ou trackers, qui sont des fonds gérés de manière passive, et dont l’objectif est de répliquer un indice boursier. Les frais de ces derniers sont beaucoup plus contenus, ce qui est un avantage majeur.