Comment réussir sa répartition de portefeuille boursier

Suite de notre dossier sur les théories d’analyse et gestion de portefeuille pour gagner en bourse voici notre article de conseils sur la répartition d’un portefeuille boursier. Lors de l’ouverture d’un portefeuille boursier, il n’est pas toujours facile de répartir intelligemment les sommes investies. La gestion du risque et la volonté de réaliser de nombreux bénéfices peuvent parfois fausser la raison du trader, de sorte que de nombreux investisseurs se retrouvent avec des portefeuilles inéquitablement répartis.

 

reussir répartition portefeuille boursier

 

Pourquoi est-il important de répartir de manière optimale son portefeuille boursier ?

Pour être performant, un trader doit savoir répartir convenablement son portefeuille boursier. Il ne suffit pas de choisir le meilleur broker (c’est-à-dire celui qui propose les frais de transaction les moins élevés) pour réaliser de bonnes performances en bourse. La gestion du portefeuille est l’une des étapes clé pour réaliser des bénéfices lors de chaque opération. Ainsi, il ne s’agit pas, en règle générale, de prendre de gros risques pour obtenir de gros bénéfices. C’est plutôt l’accumulation de bénéfices réguliers qui fait d’un trader une investisseur performant. Les cinq règles qui suivent, relatives à la gestion d’un portefeuille boursier, doivent être suivies en toute hypothèse si vous souhaitez être performant en bourse en limitant les risques pour vos liquidités.

 

balance équilibre
Essayons d’éviter cela.

 

Conseil numéro 1 : Diversifier les actions

Comme on dit, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Malgré le consensus des investisseurs, l’analyse graphique et la tendance générale du marché, un placement boursier est toujours soumis à une part d’aléa. En premier lieu, il ne faut jamais investir en bourse des sommes dont vous pourriez avoir besoin, car la perte fait malheureusement partie du quotidien de nombreux traders. Mais également, lorsque vous investissez des sommes dans un certain nombre d’actions, vous devez veiller à ne pas investir toutes vos liquidités dans une même valeur.

En règle générale, on considère qu’un investissement en action supérieur à 20% du montant de ses liquidités est une prise de risque qui n’est pas nécessaire lorsqu’on souhaite gérer convenablement son portefeuille. En cas de perte totale sur une position risquée, le trader pourra toujours espérer tirer des bénéfices des 80% de liquidités restantes, ce qui ne serait pas le cas lors d’un pari unique.

Envie de creuser cette partie ? Voici des idées de diversification d’actions pour son portefeuille boursier.

 

Conseil numéro 2 : Diversifier les secteurs

Le marché Euronext est divisé en plusieurs secteurs, qui peuvent connaître une évolution graphique différente au fil du temps. En France, les investisseurs Euronext ont accès à 10 secteurs différents : les biens de consommation, la finance, l’industrie, les matériaux de base, le pétrole et le gaz, la santé, les services aux collectivités, les services aux consommateurs, la technologie, et enfin les télécommunications.

 

diversification secteurs bourse
Privilegiez les secteurs mais sachez diversifiés entre secteurs cycliques et non cycliques.

 

Il convient, pour diversifier correctement son portefeuille boursier, de surveiller régulièrement les indices de chacun de ces secteurs. Lorsqu’un secteur est en grande difficulté, il y a fort à parier que les entreprises qui le composent ne connaitront pas des performances exceptionnelles au cours des séances suivantes. À l’inverse, un secteur en plein boom proposera sans doute de meilleures opportunités au trader en ligne. Pour vous rafraichir la mémoire sur ce point n’hésitez pas à consulter notre article approfondi sur l’analyse fondamentale qui aborder les thématiques des secteurs cycliques.

D’une manière générale, avant de réaliser des investissements, le trader doit surveiller l’évolution du CAC 40, qui est l’indice de base de la santé financière des entreprises française. Suite à cela, l’étude des indices sectoriels permet de déceler quels sont les secteurs qui sont les plus prometteurs selon la période. Une fois le secteur d’action choisi, l’investisseur peut étudier les valeurs de manière individuelle pour choisir dans quelle entreprise il investira.

 

Conseil numéro 3 : Utiliser les 4 opérations (acheter, renforcer, alléger et vendre)

Les opérations boursières sur les actions vous permettent par ailleurs de diversifier les types d’ordres passés. Pour répartir convenablement votre portefeuille boursier, il ne faut pas hésiter à tous les utiliser. Ainsi, les traders débutants qui se contentent d’acheter de nouvelles actions pour une société dans laquelle ils ne sont pas positionnés, ou qui liquident toutes leurs positions dès l’apparition d’un risque, naviguent d’une manière trop brutale dans l’océan des marchés financiers.

En réalité, deux autres stratégies devraient plus souvent être utilisées par les boursicoteurs : le renforcement et l’allégement. Lorsque les cours arrivent sur la valeur d’un plafond, le marché peut évoluer de deux manières : l’action peut dépasser la valeur-plafond, et continuer à augmenter, ou au contraire rebondir sur le plafond et entamer une tendance baissière. Lors de l’arrivée aux alentours de cette valeur, le futur de l’investissement boursier est incertain. Il peut donc être judicieux d’alléger son portefeuille boursier sur cette action à l’approche de cette valeur, afin de maximiser son profit en cas de rebond.

À l’inverse, lorsque la valeur atteint une résistance, le joueur en bourse peut renforcer sa position, et liquider son stock d’action si le cours de l’action perce la résistance à la baisse. De cette manière, les profits peuvent être maximisés. Il convient toutefois de veiller à ce que les frais de courtage ne couvrent pas les performances réalisées. Pour s’entraîner sur de petites sommes, un courtier tel que Degiro, qui ne prend qu’une faible commission à chaque ordre, peut être idéal.

 

Conseil numéro 4 : Utiliser un effet de levier réfléchi

Lorsque vous investissez en bourse, l’accès au SRD vous permettra de disposer d’un effet de levier, avec lequel vous pourrez investir jusqu’à 5 fois la valeur de vos liquidités. Comme pour toutes les opérations, il convient d’utiliser ce dernier avec minutie. En effet, en utilisant un effet de levier, les gains sont démultipliés par la valeur de l’effet, mais les pertes le sont également.

En utilisant le SRD, vous devrez donc veiller à conserver une somme fixe en liquidités sur votre portefeuille, qui constituera votre couverture SRD. Ainsi, en cas de chute des cours, votre courtier en bourse saura que vous bénéficiez de suffisamment de liquidités pour couvrir vos pertes en cas d’erreur de stratégie. Les actions que vous possédez sont également comptabilisées, à une moindre valeur, dans le calcul de votre couverture SRD chez la plupart des courtiers en ligne.

À noter que le SRD vous permet de réaliser des ventes à découvert avec ou sans effet de levier. Dans ce cadre, si une valeur atteint un plafond et risque fortement de chuter, la vente à découvert permet de vendre cette dernière avant de l’acheter au plus bas, de manière à réaliser une plus-value importante.

Vous lisez souvent des articles sur l’effet de levier sans trop comprendre? On vous explique tout dans notre article d’explications sur les effet de levier.

opcvm
Organisme de placement collectif en valeurs mobilières.

Conseil numéro 5 : Souscrire à un OPCVM

Si vous souhaitez investir votre argent en bourse sans trop vous soucier de l’évolution quotidienne de chaque action, vous pouvez avoir recours aux OPCVM. Ces organismes de placement en commun de valeurs mobilières vous permettent d’investir votre argent, et de laisser des professionnels l’utiliser dans un fonds commun pour espérer le voir fructifier. Dans ce cas de figure, les actions n’appartiennent pas à l’investisseur, mais au fonds de placement. Vous ne pourrez donc, dans cette situation, pas prétendre à la distribution des dividendes.

Lors de la souscription à un OPCVM, votre courtier en bourse prélèvera des frais de courtage, à l’achat comme à la vente. De plus, des frais d’entrée ainsi que des frais de gestion vous seront également prélevés. Ces derniers permettront de rémunérer les gérants du fonds de placement pour leur travail, que le résultat soit à la hausse ou à la baisse. Attention, comme toujours en bourse, il est nécessaire de diversifier les placements, car les gérants des OPCVM peuvent également conduire la valeur du fonds à la baisse, sans recours possible pour les souscripteurs. Vous pourrez bien évidemment varier vos placements dans plusieurs OPCVM, tout en conservant une partie fixe de liquidité pour trader vous-même vos propres actions.

Pour aller plus loin sur l’optimisation de portefeuille et l’analyse financière: