L’analyse fondamentale: pierre angulaire d’une bonne gestion de portefeuille

Pour maîtriser la gestion de portefeuille en bourse il vous faudra un nombre important d’outils. Parmi ceux-ci se trouve l’analyse fondamentale. Si l’on voulait vraiment faire une métaphore filée, on pourrait dire que l’analyse fondamentale est le marteau dans votre trousse à outil. Il est indispensable et l’un des premier élément à y insérer.

analyse fondamentale

Définition de l’analyse fondamentale

L’analyse fondamentale se base sur des éléments objectifs et factuels. L’objectif étant de juger de la santé financière d’une entreprise et d’en estimer sa valeur de la façon la plus juste possible. Pour cela on va suivre différentes étapes scientifiques. L’analyse fondamentale permet donc de prendre des décisions d’investissement basées sur une analyse précise, économique et scientifique qui prendra aussi bien en compte l’entreprise que son environnement.

Elle est très utilisée par tout investisseur qui souhaite se projeter sur du long terme. A l’inverse on lui préférera l’analyse technique pour le trading à court terme. L’analyse fondamentale est complexe et généralement réalisée par un analyste financier.

Les Étapes de l’analyse fondamentale

Etape 1: Analyse MacroEconomique

Avant tout on analyse le contexte. Quel est l’état économique du Pays sur lequel opère l’entreprise ? Lors de cette étape l’analyse reposera sur différents indicateurs clés:

  • Produit Intérieur Brut
  • Rapport de vente au détail
  • Taux de chômage
  • Etat de la production industrielle

A l’aide de ce rapport d’analyse, l’expert va généralement essayer de dégager une tendance et de classer l’état de l’économie dans une « période ». On en dénombre quatre principales:

1.Croissance

Lors d’une période de croissance on constate que la consommation des foyers est en hausse et que le taux de chômage diminue. La phase de croissance est aussi bien souvent appelée phase de reprise que phase d’expansion par les analystes financiers.

2. Récession

A l’inverse de la croissance on trouve cette phase de ralentissement de l’activité économique. Durant cette période l’économie tend donc à opérer un replis. Une récession est officiellement déclarée lorsque le PIB est négatifs sur deux trimestres consécutifs.

3. Haute conjoncture

Ces périodes dites de « surchauffe » sont les phases de transition entre une période de croissance et une récession. Etre à même de détecter les périodes de haute conjoncture est donc clé.

4. Basse conjoncture

Tout comme la récession vient s’opposer à la croissance, il est possible de détecter une phase de haute comme de basse conjoncture. Cette période est aussi appelée la période de dépression. Généralement caractérisée par un chômage élevé et une activité économique en berne. Cette phase est souvent annonciatrice d’un nouveau cycle économique et d’une probable future reprise de croissance.

Etape 2: Analyse sectorielle

Bien estimer l’état de l’économie à l’échelle globale permet de déterminer les opportunités et zones de risques. En effet chaque secteur économique réagit différemment selon la période constatée. On complète donc l’analyse économique globale avec une analyse précise des des acteurs et caractéristique d’un secteur pour décider des investissements à opérer.

icb classement secteurs
Il n’est pas forcément simple de classer les entreprise dans un secteur. La plupart des analyses financiers utilisent l’Industry Classification Benchmark(ICB).La classification ICB distingue 10 industries,  19 super-secteurs, 41 secteurs et 114 sous-secteurs.

Secteurs cycliques versus secteurs non cycliques

Vous l’aurez compris, certains secteurs vont réagir voir mimer les périodes économiques. Ce sont les secteurs cycliques. A l’inverse les secteurs dits non cycliques vivront une évolution complètement décorrélée du contexte macroéconomique.

Exemple de valeur cyclique Exemple de valeur non cyclique
  • Industrie chimie
  • Construction
  • Matériaux de construction
  • Papier
  • Produit forestier
  • Papier
  • Acier
  • Etc.
  • Agroalimentaire
  • Distribution
  • Pharmaceutiques
  • Etc.

Bien répartir les valeurs cycliques et les valeurs défensives est donc essentielle dans une bonne stratégie de gestion de portefeuille. Vous pouvez lire plus d’information au sujet des valeurs cycliques et défensive en suivant ce lien.

Les bases de l’analyse sectorielle

Une analyse sectorielle repose sur 4 axes principaux:

1. Produit de l’entreprise

Dans un premier temps on va analyser les fondements de l’entreprise et de son produit. Quelles sont les caractéristiques du produit ou du service proposé? Quelle est sa proposition de valeur unique ? Quid du processus de production et de la technologie utilisée ?

Dans un second temps viendra l’analyse de la demande, quels sont les segments de clientèle visés ? Quel est le potentiel total en terme de vente et de chiffre d’affaire ?

Enfin pour être exhaustif il convient d’analyser aussi le cadre réglementaire. Il faut s’assurer qu’il n’y a pas de point de vigilance sur une potentielle évolution de législation qui rendrait le produit invendable par exemple. On vérifie aussi évidemment que l’entreprise ne présente pas de risque au regard de la législation en place.

2. Analyse de la concurrence

Quelles sont les offres concurrentes et quid de leurs performances ? Comment se situe l’entreprise envisagée au regard de ses concurrents ?

3. Analyse des stratégies

Des annonces ont-elles été faites récemment par la concurrence qui risque de modifier le paysage concurrentiel ? On analyse lors de cette étape aussi bien la stratégie des entreprises que celle de l’état au regard du secteur.

4. Analyse des performances

Efficience du secteur et de ces entreprises. Dernière étape d’une analyse sectorielle, on va s’intéresser l’analyse de l’efficience du secteur analysé ainsi que des différentes entreprises. Pour cela on utilisera les documents publics à dispositions tels que les derniers comptes de résultat des différents acteurs.

Etape 3: Analyse financière

Nous avons désormais étudié le contexte à deux niveau: global et sectoriel. On peut enfin opérer un focus sur la santé financière de la société envisagée et la décortiquer. Pour cela on va réaliser deux analyses. Un analyse comptable et une analyse comparative.

L’analyse comptable

Dans le cadre de l’analyse comptable, l’analyse va surtout prendre en compte:

  • Le bilan comptable avec analyse de l’actif et du passif de l’entreprise
  • Le compte de résultat qui permet d’analyser charges et produits.
  • Différents indicateurs clés: Le chiffre d’affaire, l’excédent brut d’exploitation ou le résultat net.

N’hésitez pas à lire notre fiche détaillée sur l’analyse comptable et les indicateurs clés si vous souhaitez plus d’éléments. En effet il est important de bien maîtriser tous ces indicateurs et d’être capable de lire rapidement une analyse financière.

L’analyse comparative

A l’aide de différents ratios financiers les analystes vont opérer des tableaux comparatifs afin de déterminer l’état financier de l’entreprise. Il existe des centaines de ratios. A l’image des indicateurs de l’analyse comptable, il faut faut les apprendre mais aussi déterminer ceux qui pour vous sont les plus importants. La plupart des investisseurs et analystes ne vont en retenir qu’une poignée qui peuplera leur tableau de bord.

Parmi les ratios de l’analyse comparative on distingue deux catégories principales:

  • Ratios de rendement et de rentabilité: Return On Equity, Return on Assets, Marge d’exploitation, etc
  • Ratios de structure: ratio d’endettement, de remboursement, etc.

L’analyse comparative au même titre que l’analyse comptable mérite d’être creusée. Apprenez-en plus sur les différents ratios financiers afin qu’ils n’aient plus de secret pour vous.

Etape 4: L’analyse boursière

Nous avons étudier l’entreprise au microscrope et l’avons aussi analysé dans son environnement. Mais qu’en est-il de son évolution sur le marché boursier ? Au regard de la valeur intrinsèque de la société l’action est-elle sous-cotée ou à l’inverse sur-cotée ?  Il s’agit de la dernière étape de l’analyse fondamentale.

A l’image de la plupart des piliers de l’analyse fondamentale, l’analyse boursière repose sur un nombre important de ratios parmi lesquels:

  • Le Price Earnings Ratio (PER): il permet d’analyser le prix d’une action au regard des résultats de la société. Il est calculé en divisant le cours de l’action avec le Bénéfice Net par Action (BPA)
  • Le rendement: on divise le dividende net par le cours de l’action. ce ratio est un complément important au PER car il orientera vos décisions au regard de votre stratégie de gestion de portefeuille.
  • La prime de risque: Une notion aussi très intéressante lors de vos prises de décisions puisque  vous avez dû déterminer un taux de risque acceptable au regard de vos objectifs.
  • La décote sur actif net: cet indicateur permet d’apprécier les holdings et ainsi d’estimer si la valeur des actifs détenus est supérieure ou inférieure à la valeur des actions.