Mesurer la performance d’une société en bourse par la lecture de son bilan comptable

L’une des étapes clés dans la réalisation de l’analyse fondamentale est l’analyse financière. Parmi ses composantes essentielles se trouve l’analyse comptable. Dans cet article nous allons passer en revue les différents outils et indicateurs clés en comptabilité. On dit qu’ils sont clés car ils permettent de juger de la bonne santé d’une entreprise.

La plupart de ces indicateurs se trouvent dans le bilan comptable. Un document qui est rendu publique pour les entreprises cotées en bourse dans un soucis de transparence envers les actionnaires. Cet article vise à vous donner les bases nécessaire en comptabilité pour être à même de comprendre une analyse financière et ainsi d’être plus performants dans vos investissements en bourse.

comptabilite pc bourse

Avant tout: Qu’est ce qu’un bilan comptable ?

En guise d’introduction si vous ne voyez pas trop ce qu’est un bilan comptable ou que vous souhaitez comprendre en détail pour être capable d’en lire un facilement (et c’est fortement conseillé!) voici une vidéo de l’excellente chaîne youtube des Geek des Chiffres:

#1 – Les capitaux propres

Comprendre ce que sont les capitaux propres

Ce chiffre clé est présent dans tout bilan comptable. On le trouve dans le passif généralement en haut à droite. Il s’agit du trésor de guerre de toute entreprise. Si demain l’entreprise venait à fermer ses portes, c’est le montant qu’il resterait une fois tous les actifs vendus et les dettes épongées. Les capitaux propres sont dûs aux actionnaires.

Ils sont composés de plusieurs postes liés soit à l’apport des actionnaires ou bien à l’activité générée par l’entreprise.

  • Le capital social : Il s’agit du capital initial à la création de la société. Si un banquier pourra y prêter attention, cette information n’a que peu de valeur pour l’analyse boursière.
  • Les primes d’émission : lorsqu’une entreprise a recours à une augmentation de capital pour accélérer son développement ou éponger un dette par exemple, il n’est pas rare que la valeur de la société ait bien évolué depuis la première émission de parts. Pour ne pas léser les actuels actionnaires, les actions ne sont pas émises au prix nominales (c’est à dire le prix initial ne prenant en compte que le capital social de l’entreprise) mais au prix comptable.  La différence entre le prix nominal et le prix final de l’action sont les primes d’émission.
  • Les réserves :  Si une entreprise réalise en fin d’année des bénéfices. Elle peut alors décider de les stocker ou de les distribuer sous forme de dividendes. Les bénéfices nets conservés partent en réserve qui sont au nombre de trois:
    • réserve légale: un pourcentage fixe obligatoire du résultat net fixé par la loi
    • réserves réglementées: il s’agit d’une réserve permettant de disposer d’avantage fiscaux.
    • autre: le conseil d’administration peut décider de faire des réserves dans d’autres buts. Elles sont votées via des assemblées générales.

Comment analyser et interpréter les capitaux propres d’une entreprise en Bourse

La première chose à faire est de comparer les capitaux propres aux dettes de l’entreprise. Si la somme des dettes financières et des dettes fournisseurs est supérieure aux capitaux propres l’entreprise se retrouve dans une situation critique. L’objectif d’un chef d’entreprise est de trouver le bon équilibre.

Si la dette d’une entreprise est trop élevé elle risque la liquidation au moindre coût dur ou encore l’impossibilité de se développer ou de pouvoir appliquer sa stratégie comme elle le souhaite. En parallèle si la dettes est très faible, sans doute que le groupe n’investi pas assez. Une entreprise est saine si elle est endettée. Sans investissement et recherche une entreprise ne peut pas rester compétitive. L’immobilisme peut amener des bénéfices net quelques années mais ne pourra pas permettre à l’entreprise pérennité et croissance.

Enfin si le taux d’endettement de l’entreprise est important, vérifiez que la dette n’est pas indexée sur un taux variable car en cas d’inflation, la hausse des taux d’intérêt pourrait porter un coup dur à l’entreprise. En conclusion il ne faut pas synthétiser par: plus les capitaux propres sont élevés mieux l’entreprise se porte. Au contraire il s’agit d’un équilibre que doit trouver toute entreprise au regard de l’état de son marché et de ses propres capacités.

#2 – Le compte de résultat

Le compte de résultat est la synthèse des produits et charges de l’entreprise sur un exercice fiscal. On trouve trois indicateurs particulièrement importants pour l’analyse de la santé financière d’une entreprise au sein de son compte de résultat: la marge brut, l’EBE et le résultat Net.

Si vous préférez la vidéo à la lecture voici une vidéo très bien faite qui vous expliquera ce qu’est le compte de résultat en trois minutes chrono:

La marge brute: indicateur de la performance économique

La marge brute est le résultat du chiffre d’affaire de l’entreprise auquel on a soustrait les achats directs (matières premières, sous-traitance, marchandises, etc.) La marge brute permet donc de calculer le taux de revient d’un produit ou service puisqu’on calcule la différence entre coût de revient et gain sur une période donnée. Idéalement il faut la calculer sous forme de taux de marge brute afin de pouvoir comparer les entreprises d’un même secteurs d’activité.

L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) : la base de valorisation d’une entreprise

L’EBE c’est la somme en cash que génère l’entreprise une fois qu’elle a payé toutes ses charges. On compte donc aussi les salaires, bonus de fin d’année, impôts, etc. L’EBE se calcule de la façon suivante:

 

Excédent brut d’exploitation (EBE) = Chiffre d’affaires (compte 70) – Achats consommés (compte 60) – Consommation en provenance de tiers (comptes 61 et 62) + Subventions d’exploitation (compte 74) – Charges de personnel (compte 64) – Impôts et taxes (compte 63)

 

L’excédent brut d’exploitation est souvent utilisés par les banques d’affaires pour valoriser un business. Elles vont en effet appliquer un coefficient multiplicateur en fonction de la conjoncture et du secteur pour estimer la valeur d’une entreprise.

Pour en tirer un ratio financier simple à analyser on peut par exemple calculer le taux de profitabilité de l’entreprise. Il se calcule de la façon suivante:

 

Taux de profitabilité = EBE / CA HT

 

On peut aussi calculer le free cash flow. Le FCF est un indicateur plus pertinent que le résultat comptable. En effet en comptabilité lorsqu’un investissement est fait on l’amorti sur de nombreuses années. Le résultat comptable comme l’EBE n’est donc pas forcément une vision fidèle de l’argent générée par l’entreprise sur une période. Ainsi est né le « flux de trésorerie libre » (en traduction littérale). Voici la formule pour l’obtenir:

 

Free cash flow = flux de trésorerie générés par l’exploitation – dépenses d’investissements (CapEx)

 

Ici on calcule donc l’argent qui est disponible. L’image est plus fidèle de plus le calcule est simple puisque les informations nécessaires sont disponible dans le tableau des flux de trésorerie.

Finalité du compte de résultat: Le résultat net

Le résultat net est le dernier indicateur que vous trouverez sur un compte de résultat. En anglais, il se dit « net worth ». Un terme que vous retrouverez un peu partout. Il est le résultat du calcul suivant:

 

Résultat net = Résultat d’exploitation ± Résultat financier ± Résultat exceptionnel – Participation des salariés – Impôts sur les bénéfices

 

Le résultat net permet de calculer différents ratios financiers utiles lors de l’analyse boursière. On citera notamment:

  • Le taux de rentabilité net  = résultat net / CA.
  • La Rentabilité des capitaux propres (return on equity) = Résultat net / Capitaux propres. Appelée aussi rentabilité financière, cet indicateur est la somme de la rentabilité économique et de l’effet de levier de l’entreprise.

Si vous ne savez pas ce qu’est un effet de levier voici un cours de rattrapage:

  • Bénéfice par action (BPA) = résultat net / Nombre de titre. Très souvent utilisé pour démontrer l’enrichissement des actionnaires il faut cependant faire attention car il peut aisément être manipulé. Un recours de l’entreprises à l’endettement pourra faire chuter cet indicateur alors même que l’entreprise possède une bien meilleure valorisation.

Lire aussi dans ce dossier sur l’analyse fondamentale: